Filtrer les résultats
Multimédias
  • 34
Période
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 12
  • 25
  • 20
  • 3
  • 2
Nom de l'inventaire
  • 17
  • 6
  • 3
  • 2
  • 2
Afficher plus
Lieux
  • 23
  • 5
  • 5
  • 4
  • 3
Afficher plus
Typologies
  • 8
  • 8
  • 6
  • 5
  • 5
Afficher plus
Sujets
  • 34
  • 27
  • 25
  • 20
  • 12
Afficher plus
Auteurs
Aucune valeur disponible
Personnes
Aucune valeur disponible

Résultats de la recherche

6

DOURDAN. - Hôtel-Dieu.

Date

1560-1794

Cote

1MI/322

13

ETAMPES, Maladrerie Saint-Lazare

Date

1120-1759

Cote

HDEPOT1 B/20

16

Refondation de la maladerie Saint-Blaise à ARPAJON : après la démission du chapelain de la maladerie Saint-Blaise de Châtres et la constatation de la ruine de l'hôpital, nomination en Conseil du Roi d'un administrateur, Michel du PONT, pour récupérer les terres et héritages de la maladerie (4 novembre 1670) ; lettre patente scellée du sceau de cire verte et arrêt scellé du seau de cire verte du Conseil d'Etat (31 août 1697), qui réunissent l'Hôtel-Dieu et la maladerie Saint-Blaise, rétablissent l'hôpital à Châtres (ARPAJON) et nomment des administrations ; enregistrement et communication de la décision devant le Parlement et la communauté des habitants [4 pièces] (14-15 août, 24 septembre, 4 décembre 1701) ; extrait de la lettre patente retraçant, depuis 1670, la fondation à l'attention des pauvres et malades du marquisat d'ARPAJON, d'un établissement à partir de bâtiments plus anciens, réunis en 1697 à la maladerie Saint-Blaise dépendant de l'ordre de Saint-Lazare depuis 1672, gérés par des administrateurs choisis parmi les ""principaux habitants"" de la ville, annonçant la fondation d'une communauté de cinq femmes conduites par Marie BOURDON et Marie SANDRIN, vivant de leurs propres revenus et se consacrant à l'instruction des jeunes filles, rappelant la fondation initiale en 1711, d'une aumône de 3 000 livres pour le fonctionnement de l'hôpital et organisant la tutelle temporelle et spirituelle d'un conseil sur l'hôpital représentant le marquis d'ARPAJON et l'archevêque de PARIS (28 juillet 1721), [copie de l'enregistrement, sur la même pièce, de la lettre patente] ; enquête du prévôt de MONTLHERY sur les avantages et inconvénients de rétablir à ARPAJON un Hôtel-Dieu (25 juin 1721) ; pouvoirs donnés au curé de Saint-Clément d'ARPAJON par l'archevêque de PARIS pour bénir la chapelle de l'Hôtel-Dieu, reconstruite (17 août 1740).

Date

1670-1740

Cote

HDEPOT4 A/1

17

Rentes. - Titres concernant 300 livres de rente dues au Collège d'ETAMPES par l'Hôtel-Dieu de cette ville, à cause de la réunion faite audit Hôtel-Dieu, de la maladrerie de SAINT-LAZARE. Lettres patentes de HENRI III, accordant au Collège d'ETAMPES, sur la demande des maires et échevins de ladite ville, une rente de 300 livres à prendre sur les revenus de la léproserie de SAINT-LAZARE, PARIS, 20 août 1575. Copie authentique de l'acte précédent [s.d.]. Extrait des registres du Parlement, portant enregistrement du même acte le 15 septembre 1576. Arrêt du Grand Conseil rendu à la suite de l'appel interjeté par les maire et échevins de la ville d'ETAMPES contre une sentence de la Chambre de la Charité chrétienne du 11 mars 1609, et ordonnant l'exécution pleine et entière des lettres patentes du Roi du 20 août 1575, par lesquelles il était permis de prendre 300 livres par an sur les revenus de la maladrerie de SAINT-LAZARE pour l'entretien du Collège, 14 décembre 1609 ; copie authentique de l'arrêt de la Chambre de la Charité chrétienne refusant aux maire et échevins d'ETAMPES le droit de prendre 300 livres de rente annuelle sur les revenus de la maladrerie de SAINT-LAZARE, 1609. Copie des lettres patentes de LOUIS XIII ordonnant l'exécution de l'arrêt du Grand Conseil qui autorise à prendre 300 livres chaque année sur les revenus de la maladrerie de SAINT-LAZARE, pour l'entretien du Collège d'ETAMPES, 24 mars 1614 ; autre copie du même acte. Brevet du roi LOUIS XIII qui leur fait don de la maladrerie de SAINT-LAZARE d'ETAMPES, SAINT-GERMAIN-EN-LAYE, 31 janvier 1634. Ordonnance du bailli d'ETAMPES portant que les 300 livres de rente dues par la léproserie de SAINT-LAZARE seront payées aux Barnabites, 14 février 1640. Arrêt de la Chambre souveraine ordonnant le paiement aux Barnabites des 300 livres à prendre sur SAINT-LAZARE et qui n'avaient pas été payées en 1641, 18 septembre 1642. Arrêt du Grand Conseil ordonnant à la suite d'un procès entre Gabriel de MERCENNES, qui jouissait des revenus de SAINT-LAZARE, et les Barnabites d'ETAMPES, de payer à ces derniers les 300 livres de rente qui leur sont dues, 19 avril 1655. Copie d'un arrêt du Conseil privé du Roi reconnaissant au grand aumônier de France, cardinal Antoine BARBERIN, le droit de pourvoir à l'administration de la maladrerie de SAINT-LAZARE d'ETAMPES, droit qui lui était disputé par le duc de VENDOME, auquel le duché d'ETAMPES appartenait, 17 décembre 1655. Copie des comptes de la maladrerie de SAINT-LAZARE rendus à la Chambre générale réformation des hôpitaux et maladreries de France par les religieux de la Congrégation de SAINT-PAUL du Collège d'ETAMPES, 16 avril 1657. Arrêt du Grand Conseil, 17 juillet 1659. Copie authentique d'un arrêt du Conseil privé du Roi qui unit à l'Hôtel-Dieu de la ville d'ETAMPES les biens provenant de la maladrerie de SAINT-LAZARE et le quart du revenu de l'hôpital de SAINT-JACQUES de l'EPEE, les trois autres quarts restant aux Barnabites, 15 avril 1695. Ordonnances de paiement pour les 300 livres sur SAINT-LAZARE et les 300 livres sur les biens patrimoniaux de la ville, 31 janvier 1732.

Date

1575-1732

Cote

D/23