CLERGE SECULIER.

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

G/234-1131

Date

1071-1830

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de l'Essonne

Description physique

230 articles

Origine

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES YVELINES (service versant)

Modalités d'entrées

Versement

Présentation du contenu

Inventaire sommaire des archives ecclésiastiques antérieures à 1790. Archives ecclésiastiques de l'ancienne SEINE-ET-OISE concernant le département de l'ESSONNE. En 1991, les archives départementales de L'ESSONNE recevaient en dévolution la partie essonnienne de la prestigieuse série G (clergé séculier d'ancien régime) issue des séquestres de la révolution française. Le parti adopté pour toutes les archives antérieures à 1800 fut le suivant : respecter le système de cotation d'origine, contenu dans les inventaires sommaires réalisés au XIXe siècle. Cette décision a conduit à l'élaboration de cet extrait, composé directement à partir de l'inventaire publié, pour la SEINE-ET-OISE, en 1895. Désormais, le lecteur pourra se reporter directement à cet extrait, en consultant le sommaire par groupes de cotes que nous y avons aménagé, puis l'inventaire. Sommaire des groupes de cotes concernant le département de l'ESSONNE. - COLLEGIALES : 1 - fonds de la collégiale SAINT-SPIRE de CORBEIL et dépendances : documents généraux, G 234-243 ; dépendances, G 244-261 (se reporter à l'index en fin de volume) ; 2 - fonds de la collégiale SAINTE-CROIX d'ETAMPES, G 262 ; 3 - fonds de la collégiale SAINT-MERRY de LINAS : inventaire des titres, cartulaire et documents généraux, G 263-266 ; acquisitions et droits, G 267-269 ; fiefs, G 270-273 ; autres actes de gestion, G 274-284 ; cueilloir du chapitre de LINAS, G 285-286. EGLISES PAROISSIALES : 99 églises paroissiales sont concernées et contenues dans l'index de l'inventaire sommaire de la série G de SEINE-ET-OISE, rédigé en 1895 et représentées par les groupes de cotes suivants : G 431-1068 ; G 1076 ; G 1077 ; G 1111-1131 mais aussi par les documents cotés en fin de volume, en G supplément. Pour la recherche d'une paroisse précise, on se reportera à l'index établi par Olivier GORSE en fin de volume. JURIDICTIONS ECCLESIASTIQUES : 1 - Officialité de DOURDAN, G 1079-1081 ; 2 - Juridiction de la collégiale SAINT-SPIRE et de NOTRE-DAME de CORBEIL, G 1085-1100 ; 3 - Juridiction de la collégiale SAINTE-CROIX d'ETAMPES, G 1101 ; 4 - Juridiction de la collégiale SAINT-MERRY de LINAS, G 1102."

Langue des unités documentaires

Latin/Français

Autre instrument de recherche

Inventaire sommaire

Informations sur le traitement

1895

Mots clés lieux

ETAMPES : Collégiale SAINTE-CROIX

Cote/Cotes extrêmes

G/262

Date

1441-1790

Caractéristiques physiques

Papier - Parchemin

Origine

COLLEGIALE SAINTE-CROIX D ETAMPES (service producteur)

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES YVELINES (service versant)

Présentation du contenu

. - ETAMPES : - titres concernant une rente foncière due à la chapelle de SAINTE-MADELEINE, érigée en l'église collégiale de SAINT-CROIX d'ETAMPES, par les Célestins de MARCOUSSIS, à raison de leur terre et seigneurie de VILLESAUVAGE (hameau d'ETAMPES).

- Notification par Jean PLUMET, prévôt d'ETAMPES, d'une transaction conclue devant OUDINET Félix, clerc, entre les Célestins et Mre Jean de SAINT-REMY, prêtre, curé de SAINT-BASILE d'ETAMPES et chapelain de la MADELAINE, (1441) ;

- sentences : du prévôt d'ETAMPES, pour Jean RACLARDY, chapelain, contre les fermiers des Célestins, (1568) ;

- du même contre Pierre ALEPS, également fermier, (1570) ;

- du bailli et gouverneur d'ETAMPES, Michel de VEILLARD, écuyer, pour Jean DURAND, au sujet des arrérages dus par les Célestins et leur fermier, (1595) ;

- transaction entre les Célestins et Jean DURAND, (novembre 1595) ;

- notification par Accurse CASSEGRAIN, conseiller du Roi, prévôt d'ETAMPES, d'un bail par Jean DURAND à Mre Nicolas CHARRIER, chanoine de SAINTE-CROIX, d'un petit jardin sis en la rue de la Plâtrerie, paroisse SAINT-BASILE, dépendant de la chapellenie de la Madeleine, (1596) ;

- titre nouvel par les Célestins de MARCOUSSIS, (1647) ;

- extrait des registres capitulaires, d'où il résulte qu'une délibération, prise à la date du 16 janvier 1712, constate l'existence d'une redevance sur la terre de VILLESAUVAGE au profit du chapelain de la Madeleine qui, lui-même, est tenu de payer aux Célestins 6 sols parisis.

- Titres d'une rente foncière due au Chapitre : François MEUNIER, vinaigrier, reconnait être détenteur d'une maison avec ses dépendances sise rue des GROISONNERIES, paroisse SAINT-BASILE chargée de 30 sols tournois de rente perpétuelle envers le chapitre de SAINTE-CROIX, (1583) ;

- bail dudit immeuble à Jean DUCHAMP, à charge de ladite rente perpétuelle, (1641) ;

- titres nouvels par Jaquette BERGER, veuve de Jean DUCHAMP, (1655), et par Jacques MAHEU en 1666 ;

- procédures contre Etienne LE TAILLEUR, jardinier, (1672-1673) ;

- titre nouvel pour 3 livres de rente passé par les enfants d'Etienne LE TAILLEUR en 1697 ;

- autres en 1732 et 1759.

- Bail fait, en 1728, par le chapitre de SAINTE-CROIX d'ETAMPES, à Etienne YVON, marchand à DOURDAN, de 3 arpents de pré en une pièce sise en la prairie de DOURDAN, au chantier des Fontaines Bouillantes, (1758).

- Autre bail au profit de Jean BAUDET, laboureur au petit VILLIERS, paroisse d'ESTOUCHES, de pièces de terres sises en ce lieu, (1780-1790).

Conditions d'accès

sans délais

Langue des unités documentaires

Français

Informations sur le traitement

25/11/2002