Guerre 1914-1918. - Collections privées numérisées

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

32NUM/1-59

Date

1914-1930

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de l'Essonne

Description physique

Ensembles de documents prêtes par des particuliers, numérisés et conservés sous forme de fichiers numériques.

Particularité du document

Les documents ont été numérisés en 200, 300, 400 ou 600 dpi selon leur taille et les fichiers numériques sont enregistrés aux formats jpg (qualité 7) et en Tif.

Origine

DIRECTION DES ARCHIVES ET DU PATRIMOINE MOBILIER DE L'ESSONNE (service producteur)

DIRECTION DES ARCHIVES ET DU PATRIMOINE MOBILIER DE L'ESSONNE (service versant)

Modalités d'entrées

Prêt

Présentation du contenu

Dans le cadre  de la Grande Collecte lancée en 2013 autour du centenaire de la Première Guerre mondiale, des personnes ont prêté aux Archives départementales de l'Essonne des documents uniques, intimes et précieux de leur ancêtre mobilisé, afin de partager et d'enrichir la mémoire collective.

Plaques de verre stéréoscopiques, photographies, cartes postales, carnets de dessins, carnets intimes de poilus, carnets de captivité, carnets de chansons, journaux, documents administratifs, livrets militaire, citations, médailles et objets de tranchées ainsi que des correspondances composent les documents prêtés. Tous ont été numérisés par Yves Morelle et Lisbeth Porcher, photographes aux Archives). La sous-série 32NUM est classée par prêteurs.

Accroissements

Série ouverte

Mode de classement

Classement par prêteurs.

Plan de classement :

32NUM1 : Fonds CHAMBLAIN (75 documents)
32NUM2 : Fonds CHARDON
32NUM3 : Fonds JACQUET (53 documents)
32NUM4 : Fonds NANTY
32NUM5 : Fonds LE PAUMIER
32NUM6 : Fonds ROZE-PORCHER
32NUM7 : Fonds POUPINEL
32NUM8 : Fonds GRAIS
32NUM9 : Fonds CARON
32NUM10 : Fonds BERTRAND
32NUM11 : Fonds PREVOT
32NUM12 : Fonds LEDEY
32NUM13 : Fonds GUIRAUD
32NUM14 : Fonds STOUVENEL
32NUM15 : Fonds SIVET (165 documents)
32NUM16 : Fonds GUCCIA-LEVET
32NUM17 : Fonds de M. CATHERIN
32NUM18 : Fonds NION
32NUM19 : Fonds BETRANCOURT (157 documents)
32NUM21 : Fonds RAYE
32NUM22 : Fonds VIRGOLINO
32NUM23 : Fonds LEFORT
32NUM24 : Fonds PERTHUIS
32NUM25 : Fonds CHARMILLON et GUILLEMINOT
32NUM26 : Fonds DELEPINE
32NUM28 : Fonds CANTELOUBE
32NUM29 : Fonds MICHAUD
32NUM36 : Fonds GACHOT
32NUM37 : Fonds TESSIER
32NUM38 : Fonds GORVEL
32NUM40 : Fonds AUBERGE_DE_LA_GARENNE
32NUM41 : Fonds MORCHOISNE
32NUM42 : Fonds  PEYRONNET
32NUM43 : Fonds  PERROT
32NUM44 : Fonds BRIAND (soldat concerné Marcel ROGER) (97 documents)
32NUM45 : Fonds LEVET
32NUM46 : Fonds  PANNETIER
32NUM47 : Fonds LETELLIER
32NUM48 : Fonds  MARCON
32NUM49 : Fonds  CHARTON
32NUM50 : Fonds  LABANSAT
32NUM51 : Fonds JAMBON
32NUM53 : Fonds GUILLEMIN
32NUM54 : Fonds BOURGERON
32NUM55 : Fonds PEZOT
32NUM56 : Fonds RAMEAU
32NUM57 : Fonds FLAMANT

 

Conditions d'accès

Communicable

Conditions d'utilisation

Tous les prêteurs ont rédigé un contrat de cession à titre gracieux des droits d'auteur.

Pour les Archives de l'Essonne : - droit de reproduire les images et documents afin d'illustrer les expositions, les publications et les dossiers pédagogiques.- droit de diffuser une sélection d'images sur le site internet www.centenaire1914-1917.essonne.fr et de mettre gratuitement à disposition du public la consultation d'images. 

Pour les particuliers désireux d'obtenir des reproductions : l'autorisation des prêteurs est obligatoire.

Langue des unités documentaires

Français

Informations sur le traitement

Documents numérisés depuis 2013, par Yves Morelle et Lisbeth Porcher, photographes aux Archives départementales de l'Essonne. Analyse et saisie par Lisbeth Porcher.

Mots clés matières

Mots clés typologiques

Cote/Cotes extrêmes

32NUM16

Date

Entre août 1913 et février 1918

Description physique

Fichiers numériques issus par sann en 300 dpi et enregistrés au format jpg( qualité 7).

Origine

GUCCIA-LEVET (service versant)

DIRECTION DES ARCHIVES ET DU PATRIMOINE MOBILIER DE L'ESSONNE (service producteur)

Biographie ou Histoire

Madame  Régine GUCCIA-LEVET de Gif-sur-Yvette, prête aux Archives départementales de l'Essonne des documents relatif à son ancêtre Louis René FILOLEAU, le 3 décembre 2013. Lien de parenté : Louis René FILOLEAU est l'oncle maternel de Mme GUCCIA-LEVET.

Modalités d'entrées

Prêt

Présentation du contenu

Le fonds comprend 58 correspondances, 2 objets et 6 documents dont une photographie de Louis René FILOLEAU.

Mode de classement

Classement par personne puis par thématique



 

Conditions d'accès

Sans condition

Communicable

Conditions d'utilisation

Voir contrat de cession de droits d'auteur à titre gratuit n° 16 du 3 décembre 2013. La reproduction des images ainsi que la diffusion par des particuliers est interdite  sauf sur autorisation écrite du propriétaire du fonds prêté.

Langue des unités documentaires

Français

Existence et lieu de conservation des originaux

Les originaux sont conservés par Mme Régine GUCCIA-LEVET, à Gif-sur-Yvette

Informations sur le traitement

Analyse des documents faite par Clara TIRAULT en novembre 2017. Numérisation, contrôle et saisie faits par Lisbeth PORCHER, mars 2018.

Mots clés matières

Mots clés typologiques

Cote/Cotes extrêmes

32NUM16/1-32NUM16/78

Date

Entre août 1913 et février 1918

Description physique

Fichiers numériques issus par sann en 300 dpi et enregistrés au format jpg( qualité 7).

Origine

GUCCIA-LEVET (service versant)

DIRECTION DES ARCHIVES ET DU PATRIMOINE MOBILIER DE L'ESSONNE (service producteur)

Biographie ou Histoire

Louis René Marius Edouard FILOLEAU
Historique du soldat (état civil, signalement, service, citation)

(informations extraites du registre matricules, Archives nationales FR ANOM 3 RM 87)

Etat civil :
Né le 18 mai 1892 à Sétif (ex département de Constantine) en Algérie.
Fils de Jules Joseph FILOLEAU et Pélagie Henriette GALLAY, domiciliés à Ampère, dans le canton de Kiar el Tir en Algérie.
Son père tient le Grand Hôtel-Café des Messageries à Ampère où il donnera des fêtes.
Célibataire

Signalement :
Numéro matricule du recrutement  à Constantine (Algérie) : 1143
Classe 1912
Cheveux châtains, yeux verts, taille 168 cm.
Degré d'instruction : non précisé.

Services :
Engagé volontaire pour trois ans le 6 octobre 1910 à la mairie de Sétif au titre du 13e régiment d'artillerie.
Arrivé au corps, nommé canonnier de seconde classe le 11 octobre  1910.
Rengagé le 24 février 1911 pour 1 an et onze mois au titre du 23e régiment d'infanterie coloniale.
Passé soldat de première classe le 1 octobre 1911, puis caporal le 1 octobre 1912.
Il quitte l'Algérie pour Madagascar le 27 mai 1913 dans l'armée coloniale.
Le 18 aout 1914 il est nommé sergent (numéro 524/900) à son arrivée à Diego Suarez dans le deuxième régiment d'infanterie coloniale, deuxième compagnie de mitrailleurs, classe 1912.
Rengagé pour un an le 27 octobre 1914 à terme fixe jusqu'au 5 septembre 1915.
Passé au 8e régiment colonial le 21 mai 1916.
Au printemps 1916 il regagne la France, en passant dans le Var à St Raphaël, puis passe à Bordeaux, Arcachon,&
Passé au 80e bataillon Sénégalais le 27 juin 1916 et au deuxième colonial le 7 octobre 1916.
Décédé le 1er novembre 1917, à 16 heures à l'hôpital temporaire  39  (central) de Bar-le-Duc (Meuse) à la suite de blessures de guerre et est déclaré mort pour la France et rayé des contrôles le 2 novembre 1917.
Il est enterré dans la Meuse.

Citation :
Cité à l'ordre de la brigade le 2 mai 1917 « sous-officier brave et énergique dans plusieurs circonstances a montré beaucoup de sang-froid et en particulier à l'attaque du 16 avril 1917. Il a dans un moment critique maintenu ses hommes à leur poste sous de violents tirs de mitrailleuses ».

Modalités d'entrées

Prêt

Mode de classement

Classement thématique :
- Correspondances,
- Objets,
- Documents 

Conditions d'accès

Sans condition

Communicable

Conditions d'utilisation

Voir contrat de cessions de droit d'auteur à titre gratuit n° 16 du 3 décembre 2013. La reproduction des images ainsi que la diffusion par des particuliers est interdite  sauf sur autorisation écrite du propriétaire du fonds prêté.

Langue des unités documentaires

Français

Existence et lieu de conservation des originaux

Les originaux sont conservés par Mme Régine GUCCIA-LEVET, à Gif-sur-Yvette

Informations sur le traitement

Analyse des documents faite par Clara TIRAULT en novembre 2017. Numérisation, contrôle et saisie faits par Lisbeth PORCHER, mars 2018.

Mots clés matières

Correspondances

Cote/Cotes extrêmes

32NUM16/1-32NUM16/58

Date

Entre août 1913 et février 1918

Description physique

Documents sur support papier, manuscrits, numérisés par sann en 300 dpi et enregistrés au format jpg( qualité 7).

Origine

GUCCIA-LEVET (service versant)

DIRECTION DES ARCHIVES ET DU PATRIMOINE MOBILIER DE L'ESSONNE (service producteur)

Modalités d'entrées

Prêt

Présentation du contenu

Le fonds comprend 58 correspondances de Louis René FILOLEAU, d'Andrée FILOLEAU, de Mademoiselle SAINTOUT, de Marguerite COLLET et de Henri PERRIER.

- 1 lot de 25 correspondances :
de Louis FILOLEAU à son père puis entre Louis et sa sœur Andrée, quand il se trouve à Tananarive puis de Diego-Suarez à Madagascar, de mai 1913 à mars 1916.
 

- 1 lot de 33 Correspondances :
29 correspondances entre Louis FILOLEAU et sa sœur Andrée, à son arrivée en France, puis sur le  front à Verdun, de  mai 1916 à novembre 1917.
1 Lettre de l'infirmière de l'hôpital central de Bar-le-Duc, Melle SAINTOUT, adressée à Monsieur FILOLEAU père, l'informant du décès de son fils Louis FILOLEAU, 4 novembre 1917.
1 Lettre de Monsieur Henri PERRIER (oncle de Louis FILOLEAU) adressée à Andrée pour lui adresser ses condoléances, 5 novembre 1917.
1 télégramme de Marguerite COLLET adressé à Melle Andrée FILOLEAU, 6 novembre 1917.
1 Lettre de Madame Marguerite COLLET (tante de Louis René FILOLEAU) à son frère Monsieur Jules FILOLEAU pour l'entretenir du décès de Louis FILOLEAU, 28 novembre 1917.

Contenu des correspondances de Madagascar :
D'août à Octobre 1913, Louis Filoleau écrit tout d'abord à son père sans recevoir de réponse. Il signale qu'il a été blessé pendant la manœuvre, qu'il est malade et très amaigri et qu'il attend d'être opéré. Il mentionne les conditions difficiles au camp de Tananarive.
A partir du 13/10/1913, il commence sa correspondance avec sa sœur Andrée qui est en Algérie. Il lui parle de sa demande de devenir sergent qui n'a pas abouti, ses problèmes de santé (il a des difficultés à reprendre le service car il ne peut tenir debout) et lui demande si elle a commencé à chercher un mari (elle est alors âgée de 16 ans).
En mars 1914, il lui écrit qu'il a eu beaucoup de fièvre et qu'il n'a pu lui écrire, et en avril 1914 lui demande des nouvelles de son père dont il n'a reçu pour l'instant aucune lettre. Par la suite il lui apprendra qu'il a été nommé sergent le 18/08/1914, lui parlera de la grande victoire, le Plan Schliefflen* qui a échoué (Paris est préservé) et que les soldats dans son camps en sont très heureux il finira sa lettre du 19/09/1914 par un « Vive la France ».
Le 10/01/1915 il écrit à son père lui indiquant qu'il est à Diego Suarez. Il lui raconte son périple pour rentrer en France, qu'il a été débarqué à Diego Suarez et qu'il n'a pu repartir car il était témoin dans des affaires de conseil de guerres. Il y a la création du Bataillon Colonial de Diego Suarez, où il est sergent dans la 2e compagnie. Il parle aussi de sa difficulté à apprécier les soldats sous ses commandements. Les mois suivants il continuera de lui écrire pour lui parler des nombreux contre-ordres qu'ils reçoivent et qui perturbe la vie au camp.
A sa sœur, Il lui dit qu'il est en excellente santé et qu'il ne peut pas vraiment se plaindre comparé aux soldats qui sont sur le front, il parle de Madagascar pour la première fois comme un «  pays de malheur » et de son souhait de rentrer au pays tuer des « boches ». Il lui parlera aussi de son ressenti face à son père, auquel il pense ne pas donner beaucoup de satisfaction.
En Janvier 1916, il écrit à sa sœur les difficultés qu'il y a à Madagascar ; les Malgaches veulent leur indépendance et souhaitent le départ des soldats du camp. Andrée lui ayant parlé de la fête patriotique qu'ils ont faite à Ampère, il lui parlera des fêtes organisées par la Croix Rouge et dont aucun bénéfice ne revient aux Poilus.
*Plan des Allemands : ils voulaient s'attaquer à la France en premier pour l'anéantir pour ensuite s'occuper de la Russie. Le plan échoue car ils n'ont pas assez d'hommes et n'ont pas prévu l'affrontement avec les Belges. La première bataille de la Marne déclenchée le 5 Septembre 1914, met fin au plan Schlieffen et permet à Paris d'être préservée.

Contenu des correspondances de 1916-1917, de France et du front :

Le 18/05/1916, il écrit à sa sœur de St Raphaël dans le Var, il lui raconte le voyage en bateau et deux mois après lui annonce qu'il est aux Sables d'Olonne, et qu'il a fait un détour par plusieurs villes ; Arcachon, Bordeaux, Saintes.
En novembre 1916, Louis Filoleau signale à sa sœur qu'il est arrivé au front. Il lui raconte la vie dans les tranchées. Il y a de la boue partout, de la promiscuité avec tous les soldats, il ne voit que de la terre et du ciel.
En Février 1917, parti des tranchées pour aller au camp (période de repos), et il attrape des gelures aux pieds.
Le 16/04/1917, une attaque a lieu, il perd tous ses papiers. Il sera nommé à la Brigade pour avoir été brave et courageux et avoir repoussé les ennemis à leurs portes.
Il signale les conditions de vies difficiles dans les tranchées, les réveils par les tirs d'artillerie, les rats et les souris qui mangent leurs nourritures, les marches de plusieurs dizaines de kilomètres de nuit sous le froid pendant leurs repos. Il peut se reposer quand il est en ligne, au front. Il mentionne aussi des tirs sur les ravitaillements Allemands qu'ils font la nuit.
Ils parlent également des futures fiancées de Louis Filoleau, et demande à sa sœur des nouvelles des femmes qu'il a pu voir lors de sa permission.
Le 23/10/1917, Andrée écrit à son frère suite à la lettre qu'il lui a envoyeé lui disant qu'il avait été blessé le 11/10.

Mode de classement

CLASSEMENT DES CORRESPONDANCES

Dans les deux lots les correspondances sont classées chronologiquement.
 

Conditions d'accès

Sans condition

Communicable

Conditions d'utilisation

Voir contrat de cessions de droit d'auteur à titre gratuit n° 16 du 3 décembre 2013. La reproduction des images ainsi que la diffusion par des particuliers est interdite  sauf sur autorisation écrite du propriétaire du fonds prêté.

Langue des unités documentaires

Français

Existence et lieu de conservation des originaux

Les originaux sont conservés par Mme Régine GUCCIA-LEVET, à Gif-sur-Yvette

Informations sur le traitement

Analyse des documents faite par Clara TIRAULT en novembre 2017. Numérisation, contrôle et saisie faits par Lisbeth PORCHER, mars 2018.

Mots clés lieux

Mots clés matières

Mots clés typologiques