PIECES ISOLEES ET PETITS FONDS ENTRES PAR VOIE EXTRAORDINAIRE (ACHAT, DON, LEGS, DEPOT).

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

1J/1-1109

Date

1207-2020

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de l'Essonne

Description physique

1109 articles

Présentation du contenu

Les Archives départementales ont pour vocation principale de recevoir les papiers versés par les administrations publiques. Cependant, ce n'est pas, loin de là, leur unique source d'enrichissement. Les archives privées, provenant de personnes physiques ou morales, viennent en effet accroître sensiblement les collections : entrés par don, legs, achat ou encore confiés en dépôt, tous ces documents sont classés dans la série J des Archives départementales, créée par une circulaire du 15 avril 1944 pour recueillir les seuls documents entrés par voie extraordinaire. Le volume des documents qui entre dans cette série est très variable, selon qu'il s'agit, par exemple, de lettres isolées ou d'un fonds de seigneurie. Aussi, depuis 1965 (circulaire AD 65-29 de la Direction des Archives de France), a-t-on subdivisé la série J en sous-série.

La sous-série 1J est destinée à ne regrouper que les documents isolés ou les petits fonds n'excédant pas un carton d'archives. Conçue pour recueillir, quelle que soit leur date, des documents de toute nature et de toute provenance, la sous-série 1J est évidemment très hétéroclite : des terriers y voisinent avec des livrets d'ouvriers, un prospectus de vente avec des images de communion solennelle. Bien que qualifiée d"extraordinaire", la procédure d'entrée des fonds privés est heureusement beaucoup plus fréquente que ce qualificatif pourrait le laisser supposer. Nombreux sont les particuliers, associations, entreprises ... qui confient chaque année leurs papiers aux Archives, dans le souci d'assurer les meilleures conservation et diffusion possibles à ce qui constitue le patrimoine de tous. 

Les documents sont généralement accessibles immédiatement, sauf conditions particulières d'accès mentionnées (délai de respect de la vie privée, notamment).

Langue des unités documentaires

Français

ESSONNES. - Famille RADOT : livres de comptes de ménage (1935-1937) ; projets de maisons ouvrières aux TARTERETS : deux plans ; projet de lotissement au MORT-VOISIN : deux plans (1883) ; projet d'établissement d'un câble téléphonique : plan [s. d.] ; maison du port près des ateliers DECAUVILLE : plan, élévations [s. d.] ; Bernardin de SAINT-PIERRE : titres de sa propriété de l'Ile de VAUX : aveux et dénombrement rendus au duc de VILLEROY ; don viager à un ermite ; rentes de la fabrique de SAINT-ETIENNE (1656-1771) ; Bernardin de SAINT-PIERRE : lettre à sa soeur à propos d'une succession, écrite d'ESSONNES (18 frimaire an V) [18 décembre 1796] ; Bernardin de SAINT-PIERRE : lettre à son ami MARION, adjoint au juge de paix de la FERTE-ALAIS, écrite d'ESSONNES, parlant de ses malheurs et de ses soucis (2 messidor an V) [20 juin 1797] ; Bernardin de SAINT-PIERRE : lettre à Firmin DIDOT à propos de la nouvelle traduction des Eglogues de Virgile (13 prairial 1806) [mai-juin 1806] ; Bernardin de SAINT-PIERRE : lettre à ROBIN, commissaire des poudreries d'ESSONNES, après une visite à son correspondant dans laquelle il évoque de façon lyrique le charme d'ESSONNES (mai 1811) ; Bernardin de SAINT-PIERRE : lettre à sa femme à propos de la mort d'une jeune femme de chambre [s. d., après 1820] ; Bernardin de SAINT-PIERRE : note manuscrite intitulée Caractères des animaux [s. d.] ; Bernardin de SAINT-PIERRE : lettre à sa belle-mère Madame DIDOT à propos du baptême retardé de ses enfants, lui demandant de repousser son départ pour ESSONNES (7 frimaire an IX) [28 novembre 1800] ; poudrerie d'ESSONNES : procès-verbal d'estimation, [photocopies des A.D. Yvelines] (mars 1822) ; famille WIDMER : lettre de Christophe-Philippe OBERKAMPF écrite de JOUY-EN-JOSAS à son neveu Philippe WIDMER à l'occasion de la naissance de sa fille Léonie (29 novembre 1809) ; enveloppe adressée au secrétaire de la mairie portant timbre sec d'ETAMPES (3 décembre 1832), timbre d'arrivée (4 décembre 1832) ; manufacture de colle forte, rue d'Angoulême, affiches de vente, (décembre 1786-avril 1787) ; lettre de Marguerite VALLETTE née EYMERY, dite RACHILDE, écrite de la Villa Vallette aux BAS-VIGNONS, à un éditeur, relative au contrat qu'il lui propose pour écrire une vie d'Alfred JARRY (9 septembre 1927).