Courson-Monteloup, château de Courson

Déplier tous les niveaux

Présentation du contenu

le château de Courson est né en 1550, de la volonté de l'avocat général du roi François 1er Gilles LE MAÎTRE, sur un terrain agricole qu'il avait acheté en 1534. Au XVIIe siècle, Le domaine devient la résidence d'une longue lignée de parlementaires, les LAMOIGNON. Au XVIIIe siècle, dame Anne-Rose-Zoé de MONTESQUIOU en hérite. elle est l'épouse de Jean-Thomas ARRIGHI DE CASANOVA duc de Padoue. En 1859, leur fils Ernest de Padoue, préfet de Seine-et-Oise et ministre de l'intérieur, entreprend de importante rénovation du domaine

Mots clés lieux

Mots clés matières

Présentation du contenu

ensemble de quarante cinq pièces de mobilier de salon style Second Empire, exécutées entre 1858 et 1862. Le commanditaire est le duc Ernest de Padoue (1814-1888) propriétaire du château de Courson, à Jules ALLARD et les frères Alexandre et Henri-Charles BRAQUENIÉ, fabricants d'ébénisterie et fabricants de tapis à Aubusson

Mots clés lieux

Mots clés matières

consoles

Cote/Cotes extrêmes

P1994/0002/1-4

Date

1858-1862, 2e moitié du XIXe Siècle

Importance matérielle

4

Caractéristiques physiques

bois noirci ; métal

Dimensions

dimensions non prises

Biographie ou Histoire

ALLARD Jules (1832-1907)

Histoire de la conservation

famille LAMOIGNON ; Ernest DE PADOUE

Modalités d'entrées

commande

Présentation du contenu

ensemble de quatre meubles d'appui en bois noirci avec dorures ; placage en bois fruitier noirci et gainage de métal

Conditions d'accès

Statut Privé, objet classé au titre des monuments historiques - Date arrêté : 07/02/1995

Bibliographie

aucune fiche de pré-inventaire ; PM91000449

Autres données descriptives

Jules ALLARD (ALLARD Célestin Jules dit, 1832-1907) fabricant d'ébénisterie et de tapisserie, nait à Paris rue du faubourg Saint-Martin. Il est le fils de Célestin ALLARD ébéniste parisien, qui proposait à sa clientèle des aménagements intérieurs adaptés aux différentes pièces, comme tapissier-décorateur. Au décès de son père, Jules reprend l'atelier à son nom, qui connaitra une expansion croissante et un succès important auprès d'une clientèle internationale. Il obtient la médaille d'or à l'Exposition universelle de 1878. La même année, il est promu Chevalier de la Légion d'honneur

Informations sur le traitement

Date dernier récolement : 11/12/2017