FONDS AUDIOVISUEL DE L'AGENCE CULTURELLE ET TECHNIQUE DE L'ESSONNE (ACTE 91)

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

1422W/1-147

Date

1984-1998

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de l'Essonne

Description physique

146 articles

Origine

AGENCE CULTURELLE ET TECHNIQUE DE L ESSONNE (service producteur)

AGENCE CULTURELLE ET TECHNIQUE DE L ESSONNE (service versant)

Modalités d'entrées

versement

Présentation du contenu

Ce fonds a été collecté en décembre 1999 au moment où l'Agence Culturelle et Technique de l'Essonne a déménagé. Il est composé de 107 cassettes audio et de 40 cassettes vidéo VHS et permet de se rendre compte des activités de l'Agence Culturelle et Technique de l'Essonne. 1) 1422W1-107 : Cassettes audio - 1422W1-42 : Collection Naissance d'un département : entretiens oraux réalisés pour monter l'exposition ""Naissance d'un département"" sur les trente ans du département de l'Essonne. - 1422W43-65 : Collection Histoire des Lieux/ Lieux d'histoire à Draveil : enregistrements de conférences. - 1422W73-75 : Collection Journées Petite Enfance à la Médiathèque de Corbeil - 1422W76-78 : Collection Rencontre : la lecture et ses acteurs - 1422W79-80 : L'Orme à Martin - 1422W81-88 : Collection Journées Sciences Sociales et Ethnologie à Chamarande - 1422W89-94 : Collection l'Essonne au temps de la Seconde République à Crosne - 1422W95-97 : Colloque REPT 2) 1422W108-147 : cassettes vidéo VHS - Bibliographie: - ""30 ans d'Essonne, 30 ans de ville nouvelle : la naissance d'une ville nouvelle"", Mémoire de la Ville Nouvelle, Document mémoire n°1, décembre 1998."

Langue des unités documentaires

Français

NAISSANCE D'UN DEPARTEMENT ELIO BOULAKIA – EPEVRY.

Cote/Cotes extrêmes

1422W/21

Autres Cotes

27 - Num - 23 - Copie de sécurité 1422W21 - 2001 - 2001 - 27Num/23 (Cote de substitution)

Date

1995

Importance matérielle

01/09/29

Caractéristiques physiques

produit fini, Cassette audio, Interview

Origine

AGENCE CULTURELLE ET TECHNIQUE DE L ESSONNE (service producteur)

AGENCE CULTURELLE ET TECHNIQUE DE L ESSONNE (service versant)

Biographie ou Histoire

Naissance d'un département, interview réalisée pour monter une exposition sur les trente ans du département de l'Essonne.

Présentation du contenu

ELIO BOULAKIA - EPEVRY Collection: Naissance d'un département Forme: Interview réalisé pour monter une exposition sur les trente ans du département de l'Essonne Interviewer : Muriel Genthon.

Elio Boulakia, directeur du développement de la ville nouvelle d'Evry depuis 1964, nous raconte ses souvenirs sur l'aménagement d'Evry.

Présentation d'Elio Boulakia et de son parcours scolaire - Description de l'équipe de conception du schéma directeur de la région parisienne à partir de 1963 avec Paul Delouvrier. Travail au sein du district à l'institut d'aménagement et urbaine de la région parisienne (I.A.U.R.P.) sous la houlette de Paul Delouvrier. - 1964-1965 : publication du schéma directeur, souvenirs de la présentation du projet au Général de Gaulle - Début 1965 : chaque membre de l'équipe devait être affecté à des pré-missions qui préparaient les futures missions des villes nouvelles. - Travaille à Evry sur les pré-programmes de la ville nouvelle sous la houlette de Serge Goldberg, directeur des études de l'I.A.U.R.P. - Travaille également sur la mission Lalande en juin 1966, déplacement des locaux parisiens vers Evry, création des locaux de l'EPEVRY en mars 1967. - Premières missions : animateur de la programmation urbaine dans le cadre d'un atelier d'urbanisme opérationnel avec Michel Mottez au sein de la mission Lalande, puis directeur du développement au sein du service de la promotion de la ville nouvelle et de l'emploi et de la promotion de l'emploi. Michel Mottez est quant à lui directeur de l'aménagement. Le développement de l'emploi est le point le plus important, les objectifs sont d'attirer des entreprises à Evry, de défendre l'Ile-de-France et la ville nouvelle auprès des instances de la DATAR. Objectifs : construire une politique promotionnelle et bâtir une image de la ville nouvelle. - Choix d'Evry comme préfecture en 1964 : décision gouvernementale. Explications du choix (éléments politiques et problèmes d'urbanisme). Sentiments d'injustice de la part de la ville de Corbeil-Essonnes. - Description du contexte historique de 1964, de la personnalité de Michel Boscher, choix de la ville d'Evry comme chef-lieu, description du choix du Conseil des ministres de février 1965. - Obsession de l'EPEVRY : éviter qu'on puisse dire que le développement d'Evry ne s'est pas fait seulement à cause du choix de la Préfecture mais englobe une ville à part entière avec toutes ses fonctions urbaines, économiques, marchands avec ses commerces et un centre ville. - Description des difficultés extérieures rencontrées, les villes nouvelles ont été les mal aimées des journalistes. Beaucoup d'entreprises avaient peu de s'installer à Evry. De grosses entreprises comme Novotel et groupe Accord, Carrefour, Buiscuits Belin, CNES, Digital Equipements, Hewlett Packard, IBM se sont installées à Evry, ce qui a fait venir d'autres entreprises par la suite. Installation d'un parc d'activités au Bois de l'Epine, difficultés rencontrées pour attirer des entreprises. - Avantages de la ville nouvelle : beaucoup d'espaces à offrir. - Installation du Novotel et du groupe Accord, installation des Buiscuits Belin en 1973, soutien de Michel Boscher auprès de la DATAR - Construction de l'hippodrome a donné une bonne image à Evry (printemps 1973) et a permis de faire vivre la ville nouvelle. Souvenirs de publicités faites sur RTL pour parler de la ville nouvelle de façon positive (1972-1973) et attirer les entreprises et les gens. - Arrivée des premières entreprises au parc d'activités du Bois de l'Epine dès le printemps 1971 (fonderie de Gentilly, SOCEM, Legardier-Pasquier), arrivée des premiers habitants (1971 : Parc aux Lièvres, 1972 : Champtier du Coq et Courcouronnes). - 1972 : Les bureaux d'IBM s'installent en centre ville d'Evry et la société générale au Champtier du Coq. Beaucoup de brittaniques insvestissent dans des constructions de bureaux (France Evry). - 1973 : choc pétrolier et crise immobilière. Sur capacité de bureaux qui ont été difficile à résorber. - 1972-1973 : la ville nouvelle a commencé à exister avec un centre ville (centre commercial à l'américaine), l'Agora en continuité avec la galerie marchande, les parkings. Evry II était nouveau à l'époque (regrouper le commerce dans la ville avec des parkings, avec une jonction avec la ville). Les grandes surfaces se sont installées dans le centre commercial ce qui a permis d'attirer d'autres commerces. Début du chantier de l'Agora à l'automne 1972. - construction du centre ville avec anecdotes sur le transfert des sangliers vers la forêt de Sénart - Inauguration de l'Agora le 19 mars 1975, beaucoup de monde. Bon compromis entre les parkings et les commerces, possibilité d'évolution des constructions. - Centre ville dynamique avec une université, le centre commercial comme élément structurant du centre ville - Développement des parkings souterrains - Souvenirs de la viste du Président Giscard d'Estaing en 1974 à Evry avec son Conseil des ministres - 1978-1982 : arrivée de grandes entreprises (Hewlett Packard, Digital Equipement, Banque Sofinco, Ariane Espace, CNES), sentiment d'avoir gagné la partie dans le domaine des technologies de pointe et de l'emploi. - Réalité des années 1990 avec les problèmes d'emplois nationaux et de chômage des grandes entreprises. Les grandes entreprises ont été les plus touchées par la crise (SNECMA, IBM, Digital Equipment). - Bilan positif de la ville nouvelle. Evry connait les problèmes des cités qui ont crues très vite. La réglementation sur les logements sociaux ne dépend pas des collectivités territoriales. - 1974-1983 : beaucoup de logements populaires ont été demandés par l'Etat, les services préfectoraux ont déplacé beaucoup de familles en difficulté sur Evry. Regroupement de beaucoup de population en difficulté au même endroit ce qui provoque un phénomène de rejet. Les quartiers deviennent désagréables pour les couches moyennes qui s'en vont. - Problèmes de ville d'une banlieue : volonté de faire des brassages de population dans chaque quartier, intégration par la fréquentation des écoles pour ne pas retrouver les problèmes de la Grande Borne de Grigny. Certains quartiers sont difficiles : les Pyramides, problèmes dans les choix architecturaux et urbanistes. délinquance dans les parkings souterrains - Parc aux Lièvres : quartier HLM, quartier ghetto avec sa dalle - Champtier du Coq appartient au tissu urbain. Finalement, on a reproduit un peu le phénomène des grands ensembles. - Bilan positif avec le développement d'un centre ville, une université, de l'emploi (50000 emplois), des équipements publics (sports, écoles, hôpital), des parcs et des jardins - Le pouvoir exécutif a mis du mal à se mettre en place. Les élus étaient de majorité des élus de communes rurales. Difficulté au début de reconnaître Evry comme chef lieu. Antagonismes entre Evry et Corbeil-Essonnes. Les élus sont habitués maintenant. - Volonté actuelle que les habitants prennent leurs vies en main et une baisse de la volonté politique de l'Etat. - Description de l'ambiance de l'équipe du schéma directeur, équipes très soudées, esprit de famille avec du personnel de formation différente (ingénieurs polytechniciens, des ponts et chaussées, dessinateurs, économistes, planificateurs, sociologues...). Equipe très hétérogène. Difficulté de se faire une place, apprentissage du travail auprès des architectes (Pierre Merlin). - Equipe de direction : Paul Delouvrier, Serge Goldberg, Michel Mottez, Jean Guillet. Description du personnage de Paul Delouvrier. Description de l'esprit de famille, Les Américains de l'aménagement urbain. Le père Delouvrier connaissait bien le général De Gaulle. A l'époque, c'était normal que l'Etat ait tous les pouvoirs de décision, capacité régalienne des années 1960 très forte dans la création des villes nouvelles. Actuellement, les collectivités territoriales ont plus de pouvoirs de décisions. A vécu les derniers moments de l'époque où l'Etat était très fort, les élus du district étaient nommés. - Description des contacts avec les collectivités locales. Problèmes rencontrés avec les élus des villages de la ville nouvelle. Peu de démocratie, beaucoup de décisions de l'Etat. L'EPEVRY imposait beaucoup de choses aux communes qui ne possédaient les pouvoirs des permis de construire. Actuellement, il ne serait plus possible de créer de grands projets urbains. Nécessité d'évolution de la région parisienne. - Contexte politique protecteur : Delouvrier a permis une liberté des constructions, vers 1968, il voulait acquérir le maximum de terrains pour élaborer les grands projets urbanistiques comme Evry I, Les Pyramides. Souvenirs de la vitesse de décisions de ces dossiers. Il voulait une rapidité de d'exécution des projets avec l'aide des directeurs Massa et Amila. Il se souvient de la rapidité de décisions des projets de ponts sur la Seine, de la construction de la voie F11 qui conduit à la préfecture parce que Georges Pompidou venait l'inaugurer. - Contacts avec le Préfet de l'Essonne, Michel Aurillac, qui est resté quatre ans et qui suivait bien le projet de la ville nouvelle. - La voirie urbaine de la ville nouvelle est un schéma cohérent à terme mais qui se réalise progressivement en parallèle avec les budgets. Beaucoup de routes sont provisoires, les chemins changent souvent parce que la réalisation est lente à se terminer. Au début des années 1980, les réalisations urbaines ont été ralenties à cause de la réduction du budget. - Il se souvient de l'arrivée du Préfet Aurillac à la Préfecture qui venait des locaux préfectoraux de la rue Lafayette à Corbeil en juin 1971. Il a été le premier habitant du centre ville. - Réactions négatives des gens par rapport aux villes nouvelles, qui étaient contre Delouvrier au départ du projet.

Conditions d'accès

NC Numérisé [substitution:27NUM/23/]

sans délais

Langue des unités documentaires

Français

Informations sur le traitement

Notice établie conformément à la norme ISAD(G), norme générale et internationale de description archivistique (2000), et à la DTD-EAD (Encoded Archival Description), informatisation de la description.