2E77 étude notariale de MENNECY (1555-1940)

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

2E77/1-694

Date

1555-1940

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de l'Essonne

Description physique

694 articles

Origine

MENNECY (service versant)

Modalités d'entrées

Versement

Présentation du contenu

Versement des répertoires, minutes, terriers et autres pièces dépendant du fonds des notaires de MENNECY.

Langue des unités documentaires

Français

Autre instrument de recherche

Répertoire numérique

Autres données descriptives

Inventaire réalisé en 2004

Informations sur le traitement

2004

Mots clés lieux

CHEVANNES. - Louis SOURDEAU, notaire au duché de Villeroy : terrier de la seigneurie de CHEVANNES.

Cote/Cotes extrêmes

2E77/485

Date

1750-1770

Caractéristiques physiques

Papier

Origine

SOURDEAU Louis (service producteur)

MENNECY (service versant)

Présentation du contenu

  • Comprenant : 1) Arrêt du Parlement imprimé portant lettres à terrier données par Elie BROCHART DE SARON, conseiller du roi en sa cour du Parlement et commissaire en la Grande Chambre d'icelle, à la requête de François-Louis de NEUFVILLE, duc de VILLEROY (à MENNECY) et de RETZ, pour la confection du terrier de la seigneurie de CHEVANNES (1er septembre 1751).
  • 2) Procès-verbal d'assemblée d'habitants de la paroisse de CHEVANNES rassemblée à la requête de François-Louis de NEUFVILLE, duc de VILLEROY et de RETZ, pair de France, demeurant à PARIS et en son château du dit VILLEROY, relatif à l'affichage à la porte d'entrée de l'église du dit CHEVANNES des lettres patentes portant sur la rénovation du terrier de la seigneurie de CHEVANNES (6 janvier, 3 février 1754).
  • 3) Table alphabétique des censitaires du terrier de CHEVANNES (acte détérioré) (sans date).
  • 4) Etat des terres dépendantes de l'église de CHEVANNES, fait à la requête d'Henry FOUQUET, marguillier de la fabrique paroissiale du dit CHEVANNES pour des terres situées au dit lieu, chantiers du Fond des Sablons, de la Marre à Coulu, de La Saussaye, des Trois Marres des Béliers, de l'Orme à Bonnet, de la Marre Lambine, de La Limagne, de l'Homme Mort, de la Marre à Déry, du Grand Closeau, de la Butte des Folies, de la Marre Gargouille, de la Grande Borne, du Poirier au Loup, de la Longue Raye, des Dardoines, des Mouquet Ormeaux, des Hautes Rochettes, du Chesne Rond, des Folies et Petits Saulx, de la Héraudière, des Rochettes, de la Croix de Sens, du Clos du Cerf, des Cottereaux, des Petits Prés de Chevannes, de Marre de la Brosse, des Petits Prés des Sablons, des Sabons, et situées à MENNECY, chantiers des Grenouillères et des Basses Grenouillères (18 et 28 décembre 1769, 24 et 27 juillet 1770).
  • 5) Sentence portant défense de fréquenter les sentiers d'adresse sur la paroisse de CHEVANNES, rédigée par Clément BLIN, avocat au Parlement et bailli du duché-pairie de VILLEROY, à MENNECY, représentant Gabriel-Louis de NEUFVILLE, duc de VILLEROY et de RETZ, pair de France, à la requête de Jean-Baptiste-Claude de BRAGELONGNE, chevalier, conseiller du roi en la cour du Parlement à PARIS, de Dagobert-Etienne ISABEAU, écuyer, seigneur du fief du Puis, paroisse de CHEVANNES, greffier de la Grande Chambre du Parlement à PARIS, d'Eugène-Louis REGNAULT, écuyer, avocat au Parlement, conseiller et secrétaire du roi, Maison, couronne de France et de ses Finances, de Joseph-Antoine DUBOIS, intéressé dans les affaires du roi, seigneur du fief de Moulignon, paroisse de CHEVANNES, et de Louis-François NOTTA, marchand (31 octobre 1769).
  • 6) Terrier de la seigneurie de CHEVANNES portant les déclarations de : Simon FOURMIE, ouvrier en porcelaine à MENNECY (10 septembre 1768) ; Jean-Baptiste-Claude de BRAGELONGNE, chevalier, conseiller au Parlement, seigneur du Saussay à CHEVANNES, demeurant à PARIS, rue Neuve, paroisse Saint-Paul (12 décembre 1767) ; Nicolas MARANT, maître-vinaigrier de PARIS, demeurant à CHEVANNES (9 septembre 1767) ; Robert LE CLERC, contrôleur des rentes sur l'hôtel de ville de PARIS, y demeurant rue Dumonceau, paroisse Saint-Gervais (14 juillet 1764) ; Spire GUIGNARD, vigneron à FONTENAY-LE-VICOMTE et tuteur des enfants de défunt Giles BOUFFAIREAU, vigneron à BALLANCOURT-SUR-ESSONNE et d'Anne GUIGNARD sa femme, Marie ROUSSELLE veuve de Nicolas GUIGNARD, cordonnier à MENNECY (1er juillet 1764) ; Pierre MEUSNIER le Jeune à FONTENAY-LE-VICOMTE (1er juin 1763) ; Claude GUILLIEN, prêtre-curé de l'église Saint-Symphorien de CHEVANNES, principal administrateur de la Charité et François CHENARD, prêtre-curé de l'église Notre-Dame de CHAMPCUEIL, co-administrateur de la dite Charité, déclarant notamment le presbytère du dit CHEVANNES (25 septembre 1756 et 1er janvier 1763) ; Louis-François NOTTA, laboureur à Montaubert, paroisse de VERT-LE-GRAND (20 novembre 1761) ; Madelaine GODIN à CHEVANNES, veuve de Robert LEGRAND, charretier (26 juin 1757 et 14 septembre 1760) ; Claude BLANCHARD DE BOISMARSAS ou BOISMARSARE, conseiller du roi en l'Election de MELUN (Seine-et-Marne), demeurant à CHEVANNES (11 septembre 1759) ; Christophe BLANCHARD DE GUENEGAUD, écuyer, conseiller et secrétaire interprète du roi en grec et latin, demeurant à CHEVANNES en sa maison bourgeoise avec parc, seigneur du Puis et de Boismarsas à CHEVANNES (8 août 1755, 24 novembre 1757 et 11 septembre 1759) ; Marie PILLEMAIN à FONTENAY-LE-VICOMTE (1er décembre 1758) ; Jean TAVELIN, manouvrier à CHEVANNES et Anne SUGY sa femme (1758) ; Marie-Madelaine-Henriette DUNOYER, fille de défunt Claude-louis DUNOYER, chevalier, conseiller du roi en sa cour du Parlement, et de Françoise-Henriette BERTHELOT DE MONCHESNE, demeurant à PARIS, rue des Saints-Pères, paroisse Saint-Sulpice, de présent en son château de FONTENAY-LE-VICOMTE (5 octobre 1758) ; Charles MARMIGNOT, vigneron à FONTENAY-LE-VICOMTE et Marie PILLEMAIN sa femme (25 septembre 1758) ; Marie BAUGER à NAINVILLE-LES-ROCHES, au service du sieur COUANON, laboureur au dit lieu (20 mai 1757) ; Simon SAULNIER, laboureur à CHEVANNES, veuf de Madelaine LEGRAND (30 septembre 1756) ; Jacques LEFIERE / LEFIEVE, laboureur à CHAMPCUEIL (15 septembre 1756) ; Marie-Anne MIRAULT à NAINVILLE-LES-ROCHES, veuve de Pierre BONNA, vigneron, Jean AMIARD, charretier  et Edme FLOQUET, manouvrier, tous deux demeurant à CHEVANNES (14 septembre 1756) ; Jean JAURET, laboureur à CHAMPCUEIL et Marie-Anne DETETRE sa femme et avant veuve de François PIERRESON (14 septembre 1756) ; André-Marin JOSSE, laboureur et marguillier de la fabrique paroissiale Saint-Symphorien de CHEVANNES, pour la déclaration de l'église, du cimetière et des bâtiments de la cure de CHEVANNES (10 septembre 1756) ; Claude COLLIGNON, charron à FONTENAY-LE-VICOMTE, tuteur des enfants de défunts Jacques PETIT et d'Angélique DERIS (9 septembre 1756) ; Marie BRIGAUDOT, demeurant à PARIS, Grande rue du faubourg Saint-Victor, paroisse Saint-Nicolas du Chardonnet, veuve de Pierre FOUGERON, marchand et bourgeois de PARIS (5 septembre 1756) ; Pierre JULLEMIER le Jeune, laboureur en la ferme des Moncelets, paroisse de CHAMPCUEIL (29 août 1756) ; Robert PLISSON, charrtier à PORTERE (29 août 1756) ; Marie HUTTEAU à CORBEIL (21 août 1756) ; Margueritte HUE, femme de Pierre HAPPEY, bourgeois de CORBEIL, y demeurant rue et place Notre-Dame (12 août 1756) ; Michel LE GRAND, laboureur à Louteville, paroisse de CHAMPCUEIL et Madelaine LE GRAND demeurant au même lieu (18 juillet 1756) ; Nicolas-Balthasard-Melchior de BIZEMONT, chevalier, seigneur du Buisson, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, colonel d'infanterie, demeurant à TIGNONVILLE-EN-BEAUCE (15 juillet 1756) ; François BUFIN, vigneron à CHEVANNES (9 juillet 1756) ; André POULIN, vigneron à ORMOY (ligne rayée) (avril 1754) ; Marie-louise MERIENNE à AUVERNAUX, veuve de Nicolas FEUILLATTE, laboureur (8 juillet 1756) ; Louis BAROUOIT, berger à CHEVANNES, veuf de Madelaine DUNOUE (26 juin 1756) ; plan couleur du cantonnement de chasse accordé par le duc de VILLEROY à Christophe BLANCHARD, à CHEVANNES, chantier du Bois des Folies, indiquant les vestiges de l'ancienne ferme des Folies (50,5 cm x 37,5 cm) (18 mai 1756) ; François GERMAIN, manouvrier à CHEVANNES et Jeanne-Margueritte GODIN sa femme (6 décembre 1755) ;

Conditions d'accès

au bout de 75 ans à partir de 1770

Langue des unités documentaires

Français

Informations sur le traitement

19/02/2004