FONDS DU PARTI SOCIALISTE UNIFIE, FEDERATION DE L'ESSONNE (PSU)

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

37J/1-68

Date

1951-1996

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de l'Essonne

Description physique

68 articles

Origine

FEDERATION DEPARTEMENTALE DU PARTI SOCIALISTE UNIFIE DE L ESSONNE (service producteur)

FEDERATION DEPARTEMENTALE DU PARTI SOCIALISTE UNIFIE DE L ESSONNE (service versant)

Présentation du contenu

COMPOSITION Ce fonds, coté 37J, est le fonds de la Fédération départementale du Parti socialiste unifié de l'Essonne. Ces archives ont été données par Mariane Chardine et Michel Gruber, respectivement trésorière départementale et secrétaire, au mois de mars 2000. Ce fonds comporte d'une part les archives produites par la fédération départementale, ses relations avec la fédération nationale, la documentation et d'autre part, les archives des sections départementales : A FONCTIONNEMENT DE LA FEDERATION DE l'ESSONNE /Comptabilité 37J1-6 /Réunions 37J7 /Elections 37J7-11 /Communication 37J12-19 /Manifestations et événements 37J20-22 /Compte-rendu d'activités 37J23 /Correspondance 37J24-27 /B RELATIONS AVEC LA FEDERATION NATIONALE /Congrès, conseils et conventions 37J28-34 /Publications nationales périodiques 37J35-53 /Publications nationales ponctuelles 37J54-56 /C FONDS DOCUMENTAIRE /Documentation nationale 37J57-60 /Documentation régionale et locale 37J61 /La bibliothèque est classée à part, selon les formats. /D FONDS DES SECTIONS /Informations et notes reçues de la fédération et du Bureau 37J62-63 /Archives des sections par ordre alphabétique des sections 37J64-68 HISTORIQUE /Le fonds couvre une période plus longue que celle de l'existence du PSU : 1960 à 1999. Que fut le PSU ? Jean Touchard classe le PSU au sein de la gauche indépendante qui apparaît après la Seconde guerre mondiale. Le PSU créé en 1960 avait pour objectif de refaire en France un grand parti socialiste de gauche, à la suite de l'évolution droitière de la SFIO. En 1960 le Parti Socialiste Autonome (PSA) fusionne avec l'Union de la Gauche socialiste (UGS), et devient un rassemblement de trotskistes, de communistes et socialistes chrétiens pour créer le PSU. Ce parti est animé par Edouard Depreux, G. Martinet, Michel Rocard. Ce rassemblement politique a une influence durable mais limitée qui s'exerce surtout sur le plan des idées, des intellectuels, des étudiants et des syndicalistes. /Idéologiquement, le PSU est caractérisé par une extrême diversité qui en fait sa faiblesse. De fait, il n'est pas parvenu à une unité véritable, et a toujours été déchiré par des luttes de tendances. Le PSU a été un laboratoire d'idées mais n'a jamais été un vrai parti. Enfin, il s'est caractérisé par une sorte d'intégrisme révolutionnaire et par un double refus, de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) et du Parti communiste (PCF). Avec les années et surtout après 1968, le PSU s'est enrichi d'éléments plus gauchistes. Il reste que, fondamentalement, dès lors que le Parti socialiste (PS) remettait le cap sur la gauche à compter des années 1970, le PSU perdait de sa justification. On assiste donc à des retours du PS ( Alain Savary, Robert Verdier) et à des adhésions (Michel Rocard). Aux élections, le PSU apparaît de plus en plus faible, perdant de 1968 à 1973 près de la moitié des voix. En 1974, la fusion avec les autres partis de gauche est à l'ordre du jour. La place du PSU dans la gauche de cette période n'a plus rien de commun avec celle qu'il avait obtenue au cours de la décennie précédente. Cette tendance s'affirme dans les années 1980. Le PSU exerce davantage une action locale, s'appropriant les premiers effets de la décentralisation. Rappelons que l'un des chevaux de bataille du PSU fut l'autogestion et l'on peut trouver de nombreux textes à ce propos. En Essonne, certaines sections ont été très actives pour les élections municipales et cantonales, comme l'atteste la tenue et la qualité des dossiers pour les élections de la décennie 1980. Au niveau national, le PSU périclite et se dissout en 1989. Les sections départementales poursuivent une activité jusqu'en 1990. Les archives postérieures (1990-1999) sont essentiellement de la documentation (ouvrages et relations avec les autres partis politiques). INTERET Outre l'étude de l'implantation du PSU dans le département, ce fonds intéresse plus largement l'histoire politique (élections), sociale ( programmes, manifestations) et économique (salariés des grandes entreprises) de l'Essonne. Les tracts, littérature éphémère par excellence, y sont conservés en grand nombre, aussi bien pour des actions nationales que locales. COMMUNICABILITE Le fonds est consultable immédiatement, sauf les pièces de trésorerie ou comportant des indications nominatives, soumises à un délai de 30 ans.

Langue des unités documentaires

Français

Notes

Répertoire numérique, Graziela Lacoste et Aude Garnerin, 2001.

Fonds des sections [par ordre alphabétique des sections]. Documents type : correspondance, tracts, convocation, compte-rendu de réunion, bulletin, coupure de presse, composition de bureau. YERRES (1968-1980). VILLIERS (1971-1980). PSU ENTREPRISE (1964-1965).

Cote/Cotes extrêmes

37J/68

Date

1964-1970

Caractéristiques physiques

Papier

Origine

FEDERATION DEPARTEMENTALE DU PARTI SOCIALISTE UNIFIE DE L ESSONNE (service producteur)

FEDERATION DEPARTEMENTALE DU PARTI SOCIALISTE UNIFIE DE L ESSONNE (service versant)

Présentation du contenu

Archives textuelles

Conditions d'accès

sans délais

Langue des unités documentaires

Français

Informations sur le traitement

16/08/2001