TEMOIGNAGES ORAUX - HISTOIRE DU DOMAINE DE CHAMARANDE

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

17AV/1-36

Date

2004-2007

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de l'Essonne

Description physique

36 articles

Origine

DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES D ARCHIVES (ESSONNE) (service producteur)

DOMAINES DE CHAMARANDE ET DE MEREVILLE (service producteur)

DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES D ARCHIVES (ESSONNE) (service versant)

Modalités d'entrées

versement

Présentation du contenu

Depuis le deuxième semestre 2004, les archives départementales de l'Essonne et le service culturel du Domaine de Chamarande ont entrepris une collecte de témoignages oraux autour du thème du parc et du château de Chamarande. Cette collecte s'est terminée en décembre 2007. Suite à un constat sur le manque d'archives correspondant aux époques les plus récentes du parc de Chamarande, il s'est avéré nécessaire de faire appel à la mémoire des habitants de Chamarande et aux acteurs qui avaient connu le parc pendant la deuxième moitié du XXème siècle. Cette collecte a permis de collecter des informations sur le camp-école scout de l'avant deuxième guerre mondiale, les différents propriétaires du château, les périodes d'occupation étrangère du château (Allemands puis Américains), la vente du parc à Auguste Mione et l'installation de son entreprise la Construction Moderne Française, puis la vente au Conseil Général en 1977.

Cette enquête a permis également la collecte de documents (photographies, films, plans, archives papier). Ces 20 témoignages sont conservés aux archives départementales (17AV) et sont consultables librement en salle de lecture. Les enregistrements des témoignages ont été réalisés par Christine Mathieu, archiviste oral aux archives départementales de l'Essonne et Agnès Grig, chargée de la valorisation de l'histoire du domaine de Chamarande sur cassettes DAT et sont transferés sur CD audio.

Un contrat de communicabilité a été passé avec chaque personne interviewée.

Questionnaire : Présentation du témoin 1- Nom, prénom et âge du témoin, lieu de naissance 2 - Etes-vous originaire de Chamarande ? 3 - Avez-vous vécu ailleurs que dans la région? 4 - Quelles sont les raisons de votre arrivée dans la région ?

I] Le scoutisme à Chamarande (1926-1951)

L'organisation des camps Qui avez-vous connu comme formateur/ encadrant scout ? Qui s'occupait de l'intendance ? Comment on s'approvisionnait en nourriture ? (interne, externe) Comment étaient cuits les aliments ? Comment veniez-vous à Chamarande (train, voiture, vélo etc...) D'où veniez-vous ? D'où venaient les scouts ? Contact avec les commerçants : Aviez-vous des contacts avec les commerçants du village ? Achats ? Services ? Livraisons ? Compte avec les commerçants ? Que cultiviez-vous dans le parc ? Est-ce qu'on pêchait dans le parc ? (Chasse, pièges à animaux) Quelle utilisation faisiez-vous de l'eau (baignade, hygiène, pêche, promenade etc...). Où se passaient ces activités ? Alliez-vous sur l'île ? Est-ce que le parc était entretenu ? Par qui ? Comment ? Quel aspect le parc avait lors de votre dernière venue ? Participiez-vous à l'entretien du château, du parc ? Une journée ordinaire dans le Camp-école des chefs de meute des scouts Comment étiez-vous logés ? A combien étiez-vous dans les tentes ? Chauffage ? Racontez-vous les veillées ? Chansons ? Rallyes. Quels liens avec les habitants (église, mairie, écoles, lavoir, etc...) ? Vie associative ? Raisons du départ des scouts ? Derniers souvenirs.... - Liens avec le village et activités hors les murs du parc (église etc...) - Utilisation de la Juine

II] La seconde guerre mondiale et l'après-guerre

A] L'occupation allemande Comment étaient les lieux lors de votre première venue (dégradations, implantations baraquements) ? Vos liens avec les commerçants ? La poste ? La Gare ? La mairie ? Avec le village ? Utilisation du chemin de fer ? Qui était le chef de gare ? (Plaque à la gare) - Les métiers et le travail au château Le métier exercé ? Les horaires, les conditions de travail, les lieux, les gestes, les contraintes, la fréquence, l'âge de leurs collègues ? Qui vivaient dans le domaine ou dans le village (famille, enfants, célibataires, âge, nombre....) ? - L'armée Soldats : grades, âge, nombre Résidence permanente ou de passage à Chamarande ? Logements des soldats Administration allemande (Feldkommandatur) Utilisation de véhicules (voitures, vélos, camions etc...), où étaient-ils garés ? Lieu des repas, comment se faisait l'approvisionnement ? Avec qui (mélange des soldats). Qui faisait la cuisine ? L'Hôpital : noms des médecins, infirmières, nationalité. Qui étaient les malades ou blessés ? Traducteur, personnes bilingues ? Comment se passaient les réquisitions, le ravitaillement et le rationnement dans le village ? Les cultures et l'élevage dans le château et le village ?

B] L'occupation américaine Comment étaient les lieux lors de votre première venue (dégradations, implantations baraquements) ? Vos liens avec les commerçants ? La poste ? La Gare ? La mairie ? Avec le village ? Utilisation du chemin de fer ? Qui était le chef de gare ? (Plaque à la gare) - Les métiers et le travail au château Le métier exercé ? Les horaires, les conditions de travail, les lieux, les gestes, les contraintes, la fréquence, l'âge de leurs collègues ? Qui vivaient dans le domaine ou dans le village (famille, enfants, célibataires, âge, nombre....) ? - L'armée Soldats : grades, âge, nombre Résidence permanente ou de passage à Chamarande ? Logements des soldats Administration allemande (Feldkommandatur) Utilisation de véhicules (voitures, vélos, camions etc...), où étaient-ils garés ? Lieu des repas, comment se faisait l'approvisionnement ? Avec qui (mélange des soldats). Qui faisait la cuisine ? L'Hôpital : noms des médecins, infirmières, nationalité. Qui étaient les malades ou blessés ? Traducteur, personnes bilingues ? Comment se passaient les réquisitions, le ravitaillement et le rationnement dans le village ? Les cultures et l'élevage dans le château et le village ?

III] La Construction Moderne Française et Auguste Mione

A] L'entreprise - La société Construction Moderne Française (historique) - Organisation et organigramme, filiales - Les effectifs - Les métiers et lieux (ateliers, cabinets d'études etc...) - Les outils et machines, matériels et engins - La formation et les diplômes, apprentissage, école interne à l'entreprise - L'évolution dans l'entreprise - Les activités et réalisations - Les réalisations en Essonne - Les technologies et techniques (le centre de calcul etc...) - Les clients - Les logements - Les saisonniers

B] La vie sociale de la société 1) Le centre médico-social Ettore et Rosa Mione - Les équipements médicaux - Le personnel - Les métiers, les activités - Le public 2) La formation professionnelle - Le centre de formation professionnelle pour adultes - Hébergement des stagiaires - Rémunérations des stagiaires - Les diplômes Qui étaient les formateurs, étaient-ils permanents ? Conditions de travail (durée, horaires, permanent) 3) L'entraide et prévoyance - Les aides financières (oeuvres sociales, colonies de vacances, arbres de Noël, caisse de solidarité, caisse de retraite, mutuelle). 4) Les loisirs - Les loisirs, activités culturelles et sportives - L'enfance (jardin d'enfants, bibliothèque etc...). Activités des enfants et adolescents. Lieux de rencontre. Liens entre enfants d'employés et enfants du village. Liens avec écoles du village. - La jeunesse (cercle, club des jeunes) - Les équipements sportifs (piscine, gymnase, tennis, volley-ball, etc...) - Compétitions sportives - Le sauna finlandais - Salon de coiffure et d'esthétique - Le cinéma - restaurant, bars, cantines - ferme et potager : les animaux - Coopérative - La pêche dans la Juine, concours

C] Auguste Mione et sa famille - Vie en Italie - La seconde guerre mondiale (résistance, déportation etc...) - Installation à Chamarande, choix du site - Restauration du château et du parc - Inauguration (fêtes etc...) - Convictions politiques d'Auguste Mione (234uvres sociales, paternalisme etc...) - Jumelage Chamarande - Lentiai (Italie) - Les relations mondaines

D] Le château et le parc - L'utilisation des pièces du château - La chapelle - Le parc - L'Orangerie - Les Communs, la commanderie - L'Auditoire - La salle Rolland Pierre - La ferme - Le manoir - La Juine - Les pavillons - Le pavillon des gardes Origine des noms de la cour des gardes ? Origine des noms de la Commanderie ? IV] Conclusion - Vente au Conseil Général - Associations - Gestion actuelle du Domaine Connaissez-vous actuellement des personnes qui ont fréquenté ou travaillé au Domaine, au village ?

Langue des unités documentaires

Français

HISTOIRE DE CHAMARANDE Paulette Prêtre et Jeanine Collinet

Cote/Cotes extrêmes

17AV/14

Autres Cotes

17 - AV - 32 - Copie de sécurité 17AV14 - 2005 - 2005 – 17AV/32 (Cote de substitution)

Date

2005

Importance matérielle

01/08/00

Caractéristiques physiques

produit fini, DAT, Interview

Origine

DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES D ARCHIVES (ESSONNE) (service producteur)

DOMAINES DE CHAMARANDE ET DE MEREVILLE (service producteur)

DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES D ARCHIVES (ESSONNE) (service versant)

Présentation du contenu

HISTOIRE DE CHAMARANDE Paulette Prêtre et Jeanine Collinet Date : 11 octobre 2005

Paulette Prêtre, née Collinet est la fille de l'ancien boulanger de Chamarande. Jeanine Collinet, sa belle-soeur. Lieu d'entretien : archives départementales de l'Essonne.

Mesdames Prêtre et Collinet évoque leurs souvenirs sur la boulangerie de Chamarande entre 1924 et 1939 et la vie de Chamarande à cette période.

0'Présentation de Paulette Prêtre née Collinet. Arrivée en 1925 à Chamarande depuis Limours avec sa famille. Son père a tenu la boulangerie à Chamarande de 1924 à 1939, celle qui faisait l'angle de la rue des Boulons : boulangerie Collinet (avec café du commerce). Photographies de 1935-1936. 2'30''Histoire de son père, ouvrier boulanger à Limours puis patron à Chamarande. Raisons de sa venue, rapprochement familial. 5'00''Evocation de l'école à Chamarande, fréquentation des châtelains de Chamarande. Anecdotes sur le Docteur Amodru, Madame Thome. Fréquentation de l'école maternelle des sœurs puis école communale dans les locaux de la mairie. Description de l'école mixte, de la petite cour séparant les filles des garçons. Photo de classe de 1931. 7'40''Evocation de l'instituteur, monsieur Girault et de sa femme donnant des cours de couture. Description de la classe unique avec différentes sections. Nombre d'habitants peu élevé à Chamarande. Développement récent du village après la seconde guerre mondiale. 10'40''Souvenirs de la boulangerie. Livraisons de son père à Torfou, Mauchamps, Gillevoisin, Auvers-Saint-Georges avec une camionnette. Travail toute l'année, pas de jour de fermeture avant 1936. Difficultés rencontrées, pas de repos même le samedi et le dimanche. Trois enfants dans la famille. Boulangerie non reprise par les enfants, commerce vendu. Travail des enfants dans la boulangerie. 13'45''Aide son père à faire de la pâtisserie le dimanche. Grosses commandes de brioches, de tartes, de pithiviers, de croissants pour les jours de fêtes de pays. Semaine : pains parisiens, gros pains, pains fendus et longs. 15'40''Anecdotes sur les croissants, réputation de la boulangerie de Chamarande. Livraisons et commandes à Etréchy, réputation de la pâtisserie pour les jours de fête. 17'00''Jours de fêtes à Chamarande et à Auvers-Saint-Georges en août et septembre. Importance des fêtes communales (bals, jeux, fêtes foraines…). Beaucoup de tartes, apprentissage de la pâtisserie vers l'âge de 10 ans. 19'30''Travail de sa mère, vente à la boutique et gestion du café. Elle n'aimait pas trop s'occuper du café. 20'20''Nombre de cafés à Chamarande, hôtel restaurant, buvette, épiceries, boucherie. Monsieur Poirier, horticulteur, possédait des serres dans Chamarande. Actuellement rue avec des constructions. Livraisons des fleurs en gros aux Halles de Paris. 23'20''Horaires de travail boulangerie, pain fait la nuit après dîner et matin tournée et livraisons. Fabrication mécanisée du pain (gros pétrin, plusieurs fournils). Livraisons sur Gillevoisin, Auvers-Saint-Georges, Mauchamps, Torfou avec plusieurs tours. Livraisons sur les petites routes de campagnes (routes empierrées). Livraisons à pied dans le village par une femme âgée avec une poussette (Célanie). Livraisons dans les rues au-dessus de la ligne de chemin de fer (rue des frères Bollifraud). 28'00''Anecdotes sur les frères Bollifraud, ancien nom rue des rentes (rue des rentiers, maisons bourgeoises). Livraisons par Célanie puis elle-même livre le pain après l'école. 29'45''Livraisons de pain aux châtelains de Chamarande avec la petite poussette. Livraisons dans les cuisines dans la Cour des Communs en sous-sol. Anecdotes sur un cuisinier qui lui donnait des meringues. Pâtisserie de la boulangerie (tartes de saison, cerises en bocaux, fruits de saison). Beaucoup d'arbres fruitiers dans la région. Spécialités de pâtisserie : le pithiviers, gâteau du Loiret, galettes des rois, les roussettes (beignets de la période du carnaval), gâteaux du Carême et de mardi gras. 35'00''Fêtes communales, religieuses et traditionnelles. Fête de Pâques : gâteau pithiviers. 36'00''Livraisons au château de Chamarande pendant l'été, commandes en grosses quantité. Beaucoup de personnel au château : femmes de ménage, domestiques, blanchisseuses. Beaucoup de réceptions des châtelains. Paulette Prêtre a épousé le fils du cuisinier du château de Gillevoisin, les châtelains qui habitaient Paris, venaient l'été avec tout le personnel. Logements pour le cuisinier et sa famille. Anecdotes sur sa rencontre avec son mari. Anecdotes sur des promenades dans Chamarande. 40'00''Origine du personnel du château. Main d'œuvre locale. Jardiniers habitaient toute l'année dans le parc. 41'40''Photographies de blanchisseuses à Limours. 42'00''Evocation des scouts. Ils venaient à Pâques et pendant les grandes vacances d'été. Livraisons de pain pour les scouts en grosses quantités. Développement des scouts vers les années 1932-1933. 44'00''Contacts avec Roland Pierre. Ses frères étaient scouts. Il y avait des cuisinières qui faisaient la cuisine pour les scouts (personnes de Chamarande). Activités des chefs scouts dans le camp école. Couchage dans des tentes dans le parc. Séparation des scouts et des châtelains, entrée des scouts vers Gillevoisin. 47'00''Pas beaucoup d'emplois à Chamarande, château, lieu de travail pour la population locale. Après 1936, baisse de la fréquentation du château (beaucoup de taxes sur les grandes fortunes), baisse des moyens financiers des châtelains. 48'00''Pas d'évènements de 1936 dans la région. 48'30''Messe du dimanche. Personnes qui vendaient l'Humanité le dimanche, bagarres entre clans de gauche et de droite. Fréquentation de la messe par les Chamarandais. 49'45''Ecole des sœurs. 50'00''Contacts des scouts avec les autres commerçants. Circulation dans le parc limité quand les châtelains étaient présents. Contacts avec les concierges à la grille du village, sinon entrée proche du manoir. Le parc était fermé au public sauf pour les livraisons. 52'40''Ses frères étaient scouts à Chamarande mais n'ont pas fréquenté le camp école. Roland Pierre a crée le camp école et une équipe de scout à Chamarande. 53'52''Fêtes du patronage tous les dimanches après-midi. Pièces de théâtre des enfants du patronage animé par le curé. Spectacle des enfants à la salle paroissiale (salle des fêtes actuelle) en juin. 57'20''Vie associative de Chamarande peu développée. Création du club de sport. Evocation du maire Maurice Arnoux, création d'une équipe de football et de basket. 58'53''Evocation de la seconde guerre mondiale. Clubs de sport fermé et entraîneur parti. Baptême de l'air avec Maurice Arnoux sur un petit aéroport avec son avion personnel. Projet du maire Arnoux. 61'00''Fréquentation du lavoir pour la lessive. Pas de machine à laver. Sa mère donnait son linge à laver à des laveuses de Chamarande. 62'00''Pas de pêche, ni de chasse dans Chamarande. 62'30''Travail sur Paris au ministère des Finances, transport par le train. Souvenirs de l'exode en 1940 jusque dans le Tarn-et-Garonne. Elle n'a pas connu l'occupation allemande. 65'00''Puis retour à Briis-sous-Forges. Son frère est resté à Chamarande comme menuisier. Il a travaillé pour les scouts et dans un atelier de menuiserie dans les Communs du château. Elle n'a pas connu l'occupation américaine. Elle habite ensuite Etréchy et son frère travaille dans la menuiserie Lavigne à Etréchy.

Conditions d'accès

NC Numérisé [substitution:17AV/32/]

sans délais

Langue des unités documentaires

Français

Existence et lieu de conservation de copies

TRANSFERT en 2005 sur CD audio

Informations sur le traitement

Notice établie conformément à la norme ISAD(G), norme générale et internationale de description archivistique (2000), et à la DTD-EAD (Encoded Archival Description), informatisation de la description.