Guerre 1914-1918. - Collections privées numérisées

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

32NUM/1-59

Date

1914-1930

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de l'Essonne

Description physique

Ensembles de documents prêtes par des particuliers, numérisés et conservés sous forme de fichiers numériques.

Particularité du document

Les documents ont été numérisés en 200, 300, 400 ou 600 dpi selon leur taille et les fichiers numériques sont enregistrés aux formats jpg (qualité 7) et en Tif.

Origine

DIRECTION DES ARCHIVES ET DU PATRIMOINE MOBILIER DE L'ESSONNE (service producteur)

DIRECTION DES ARCHIVES ET DU PATRIMOINE MOBILIER DE L'ESSONNE (service versant)

Modalités d'entrées

Prêt

Présentation du contenu

Dans le cadre  de la Grande Collecte lancée en 2013 autour du centenaire de la Première Guerre mondiale, des personnes ont prêté aux Archives départementales de l'Essonne des documents uniques, intimes et précieux de leur ancêtre mobilisé, afin de partager et d'enrichir la mémoire collective.

Plaques de verre stéréoscopiques, photographies, cartes postales, carnets de dessins, carnets intimes de poilus, carnets de captivité, carnets de chansons, journaux, documents administratifs, livrets militaire, citations, médailles et objets de tranchées ainsi que des correspondances composent les documents prêtés. Tous ont été numérisés par Yves Morelle et Lisbeth Porcher, photographes aux Archives). La sous-série 32NUM est classée par prêteurs.

Accroissements

Série ouverte

Mode de classement

Classement par prêteurs.

Plan de classement :

32NUM1 : Fonds CHAMBLAIN (75 documents)
32NUM2 : Fonds CHARDON
32NUM3 : Fonds JACQUET (53 documents)
32NUM4 : Fonds NANTY
32NUM5 : Fonds LE PAUMIER
32NUM6 : Fonds ROZE-PORCHER
32NUM7 : Fonds POUPINEL
32NUM8 : Fonds GRAIS
32NUM9 : Fonds CARON
32NUM10 : Fonds BERTRAND
32NUM11 : Fonds PREVOT
32NUM12 : Fonds LEDEY
32NUM13 : Fonds GUIRAUD
32NUM14 : Fonds STOUVENEL
32NUM15 : Fonds SIVET (165 documents)
32NUM16 : Fonds GUCCIA-LEVET
32NUM17 : Fonds de M. CATHERIN
32NUM18 : Fonds NION
32NUM19 : Fonds BETRANCOURT (157 documents)
32NUM21 : Fonds RAYE
32NUM22 : Fonds VIRGOLINO
32NUM23 : Fonds LEFORT
32NUM24 : Fonds PERTHUIS
32NUM25 : Fonds CHARMILLON et GUILLEMINOT
32NUM26 : Fonds DELEPINE
32NUM28 : Fonds CANTELOUBE
32NUM29 : Fonds MICHAUD
32NUM36 : Fonds GACHOT
32NUM37 : Fonds TESSIER
32NUM38 : Fonds GORVEL
32NUM40 : Fonds AUBERGE_DE_LA_GARENNE
32NUM41 : Fonds MORCHOISNE
32NUM42 : Fonds  PEYRONNET
32NUM43 : Fonds  PERROT
32NUM44 : Fonds BRIAND (soldat concerné Marcel ROGER) (97 documents)
32NUM45 : Fonds LEVET
32NUM46 : Fonds  PANNETIER
32NUM47 : Fonds LETELLIER
32NUM48 : Fonds  MARCON
32NUM49 : Fonds  CHARTON
32NUM50 : Fonds  LABANSAT
32NUM51 : Fonds JAMBON
32NUM53 : Fonds GUILLEMIN
32NUM54 : Fonds BOURGERON
32NUM55 : Fonds PEZOT
32NUM56 : Fonds RAMEAU
32NUM57 : Fonds FLAMANT

 

Conditions d'accès

Communicable

Conditions d'utilisation

Tous les prêteurs ont rédigé un contrat de cession à titre gracieux des droits d'auteur.

Pour les Archives de l'Essonne : - droit de reproduire les images et documents afin d'illustrer les expositions, les publications et les dossiers pédagogiques.- droit de diffuser une sélection d'images sur le site internet www.centenaire1914-1917.essonne.fr et de mettre gratuitement à disposition du public la consultation d'images. 

Pour les particuliers désireux d'obtenir des reproductions : l'autorisation des prêteurs est obligatoire.

Langue des unités documentaires

Français

Informations sur le traitement

Documents numérisés depuis 2013, par Yves Morelle et Lisbeth Porcher, photographes aux Archives départementales de l'Essonne. Analyse et saisie par Lisbeth Porcher.

Mots clés matières

Mots clés typologiques

Cote/Cotes extrêmes

32NUM8

Date

1914-1919

Description physique

Fichiers numériques acquis par scann (300dpi) et prise de vue numérique (appareil Canon EOS 1Ds mark11 en 72 pixels par pouce) et enregistrés en jpg (qualité 7).

Origine

GRAIS Mireille (service versant)

DIRECTION DES ARCHIVES ET DU PATRIMOINE MOBILIER DE L'ESSONNE (service producteur)

Histoire de la conservation

Madame Mireille GRAIS, collectionne depuis fort longtemps cartes postales et objets, qu'elle prête aux Archives de l'Essonne afin de les faire connaître au public.

Modalités d'entrées

Prêt

Présentation du contenu

Madame Mieille GRAIS prête aux Archives départementales de l'Essonne, en octobre 2013, un lot de 193 cartes postales, un lot de 14 revues, intitulé Carnet du reporter de la collection Patrie (seules les couvertures ont fait l'objet d'une numérisation), et d'une dizaine d'objets.

 

Mode de classement

Classement thématique

Plan de classement :
- Cartes postales (32NUM8/1-193), décrites à la pièce
- Revue "Patrie, carnet du reporter", couvertures (32NUM8/194-207)
- Objets (32NUM8/208-222).

Conditions d'accès

Communicable

Sans délai.

Conditions d'utilisation

Voir contrat de cession à titre gracieux de droits d'auteur, n° 8 d'octobre 2013.

Langue des unités documentaires

Français

Informations sur le traitement

Numérisation faite en 2013-2014 par Lisbeth Porcher et Yves Morelle, photographes aux Archives départementales de l'Essonne. L'analyse a été faite par Emeline, stagiaire en janvier  2015, et la saisie réalisée par Lisbeth PORCHER, juillet 2018.

 

Mots clés matières

Mots clés typologiques

Objets : La lanterne Montjardet M1910 ; Casque français Adrian ; Casques allemands à pointe et Stahlhelm; grenades ; briquets et encrier ; gourde et assiette ; étui de masque à gaz.

Cote/Cotes extrêmes

32NUM8/208-32NUM8/222

Date

1914-1919

Description physique

Prise de vue numérique (appareil Canon EOS 1Ds mark11 en 72 pixels par pouce).

Origine

GRAIS Mireille (Sercive versant)

DIRECTION DES ARCHIVES ET DU PATRIMOINE MOBILIER DE L'ESSONNE (service producteur)

Modalités d'entrées

Prêt

Présentation du contenu

Objets, 1914-1919 (32NUM008/208-222) :
La lanterne Montjardet M1910, (32NUM008/208-209),
Encrier, (32NUM008/210-211),
Casque allemand Stahlhelm, (32NUM008/212),
Casque français Adrian, (32NUM008/213-214),
Casque allemand à pointe, (32NUM008/215-217),
Grenade, (32NUM008/218),
Briquets, (32NUM008/219, 222),
Gourdes et assiette, (32NUM008/220),
Etui de masque à gaz, (32NUM008/221),

 

Conditions d'accès

Sans condition

Communicable

Conditions d'utilisation

Voir contrat de cession à titre gracieux de droits d'auteur, n° 8 d'octobre 2013.

Langue des unités documentaires

Français

Autres données descriptives

La lanterne Montjardet M1910
La lanterne pliable M1910 est plus communément appelée « lanterne Monjardet » du nom du premier fabricant de celle-ci.
Cette lanterne a la particularité d'être entièrement pliable et de se ranger dans un étui placé sur le havresac M1893 avec ses bougies.
Deux faces sont couvertes de verres en micas, matériau d'origine minérale extrêmement cassant. Ces ouvertures sont généralement divisées en 2 ou 3 parties afin d'éviter que le mica ne casse.
La troisième face est destinée à tenir la lanterne à l'aide de deux poignées.

Casque français Adrian
Le casque Adrian M 1915 lointainement inspiré de la bourguignotte du Moyen Âge est le casque militaire équipant les troupes françaises pendant la Première Guerre mondiale. Il fut conçu dans l'urgence quand des millions de soldats se retrouvèrent engagés dans la guerre de tranchées et que les blessures à la tête devinrent la cause d'une proportion significative des pertes sur le champ de bataille. 77 % des blessures des Poilus étaient à la tête avant son adoption, le chiffre tombant à 22 % en 1916. Il fut adopté en févier 1915 et distribué à partir de septembre 1915. Ils ont été commandés par le sous-intendant militaire Louis Adrian, et en gardent ce nom d'« Adrian ».
Fabriqué dans une tôle d'acier laminé d'une épaisseur de 7/10 mm, le casque, qui ne pèse que de 670 à 750 grammes, est plus léger que les casques allemands et britanniques qui apparurent par la suite. 3 125 000 casques sont remis à l'armée française sept mois après la décision de l'état-major. Plus de vingt millions de casques Adrian modèle 1915 ont été produits et ont équipé les soldats italiens, belges, russes, serbes, yougoslaves, grecs, thaïlandais.

Casque allemand à pointe
Inventé par Frédéric-Guillaume IV il s'inspire de la forme d'un casque du Moyen-Âge, le « Pickelhaube ».Une pointe, percée à sa base pour l'aération, lui fut ajoutée pour dévier les coups de sabres et pour briser les coups de revers de la cavalerie ennemie. Les premiers exemplaires de casques à pointe sont produits dès 1843. Les cuirassiers lui donnent le nom de « Helm » (casque) ou « Stahlhelm » (casque d'acier). Ce casque est fait de cuir bouilli, surmonté d'une pointe en métal, et décoré de motifs en métal blanc ou jaune selon les régiments. Une visière arrondie et le couvre-nuque en « queue de homard» sont en acier poli. Le Pickelhaube a été très largement porté dans toute l'armée prussienne jusqu'à la Première Guerre mondiale, mais aussi dans les unités des états voisins.

Casque allemand Stahlhelm
Un modèle en acier est introduit à la fin de janvier 1916 pour remplacer sur le champ de bataille le casque à pointe. Le Dr. Friedrich Schwerd créa une coiffure d'acier bien plus résistante que le casque à pointe traditionnel fait de cuir bouilli, pas du tout adapté à la guerre moderne, et ne protégeant notamment pas des violentes projections d'éclats d'obus et autres shrapnels. Après un essai convaincant devant les généraux, il fut pour la première fois porté en France, lors des combats de Verdun.

Briquets et encrier
Fabriqués à partir de douilles d'obus.

 

Informations sur le traitement

Prise de vue  faite en 2013-2014 par Yves Morelle, photographe aux Archives départementales de l'Essonne. Saisie 2018 par Lisbeth Porcher.

Mots clés typologiques