Juvisy-sur-Orge, observatoire Camille Flammarion

Déplier tous les niveaux

Présentation du contenu

en 1907 (cf. Bulletin mensuel de la Société astronomique de France) Camille Flammarion présente son observatoire, établi sur le domaine dit "du petit château de la Cour de France", et construit au XVIIIe siècle sur la colline de Juvisy. Ce domaine acquis en 1702 par la confrérie des Minimes de la Place royale de Paris, est qualifié de fief en 1659. On y trouve le Relais de la Poste royale. Entre 1724 et 1728, Les Minimes cèdent un terrain de leur propriété afin de remplacer la route primitive trop abrupte qui traverse le village. Le fermier des Minimes devient en 1738 "maître de la poste royale". La maison se transforme rapidement en hôtellerie destinée plus particulièrement aux relais entre Paris et Fontainebleau. En 1766, alors que les membres de la Cour font réguièrment halte chez lui, le fermier est autorisé à placer l'enseigne "A la Cour de France". En 1791 la propriété est vendue comme bien national. Elle est achetée en 1853 par un horticulteur, amateur d'astronomie et de sciences physiques, Louis-Eugène Méret. En 1882, ce dernier en fera don à Camille Flammarion qu'il admire.

Mots clés lieux

Mots clés matières

Mots clés lieux

Mots clés matières

appareil à échanger les dépêches sans arrêt de trains

Cote/Cotes extrêmes

F2005/0017/1

Date

1875

Importance matérielle

1

Caractéristiques physiques

laiton

Dimensions

H.30 cm

Particularité du document

appareil à échanger/ les dépêches sans arrêt de trains/ par/ A. F. Cacheleux/ hommage de l'inventeur/ à son savant ami/ Camille Flammarion/ 1875

Biographie ou Histoire

CACHELEUX Alexis Firmin (1823-??)

Histoire de la conservation

Camille Flammarion

Modalités d'entrées

don

Présentation du contenu

appareil permettant un gain de temps dans l'échange des sacs de dépêches à l'approche d'un train arrivé à destination, sans qu'il soit dans l'obligation de s'arrêter ; Il s'agit d'un instrument "prototype" offert à Flammarion par son inventeur, Alexis Firmin Cacheleux en 1875. L'année suivante un article parait dans la revue des Sciences "La Nature"

Conditions d'accès

Statut Privé, objet inscrit au titre des monuments historiques - Date arrêté : 08/03/2018

Bibliographie

aucune fiche de pré-inventaire ; Commisssion départementale des objets mobiliers le 30/01/2017 ; F°/93 ; PER317/42 (n°4252) ; PBR/1952-1953, 1955 ; 16°/62, 92, 98, 229, 234, 312_1-2, 313_1-3, 410, 425, 437, 471, 571-572, 757_1-2, 758, 1565 ; 4°/401, 437, 550, 623, 638, 762 ; 8°/625, 678, 2853 ; Revue scientifique : La Nature, 4e année, 2e semestre 1876, pp.265-266

Autres données descriptives

Alexis Firmin CACHELEUX (1823-??) horloger Parisien à 32 ans, fonctionnaire des télégraphes parisien à partir de 44 ans, est aussi un inventeur. De 1855 à 1870, il dépose des brevets d'inventions : pour le perfectionnement apporté à des appareils de télégraphie électrique, aux machines à coudre dite "machines à double effet", et pour un moteur électro-magnétique

Informations sur le traitement

Date dernier récolement : 18/11/2005