DOURDAN, FONDS FRANCOIS PONCETTON, MEDECIN, ECRIVAIN ET JOURNALISTE

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

16J/1-458

Date

1521-1966

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de l'Essonne

Description physique

458 articles 20 ml

Origine

PONCETTON François (service producteur)

MUSEE DE DOURDAN (service versant)

Modalités d'entrées

Don

Ce fonds retraçant l'histoire de la famille PONCETTON a été donné aux Archives départementales de l'Essonne par le musée de Dourdan en 1980.

Présentation du contenu

La correspondance, couvrant la période de 1561 à 1962, est essentiellement familiale, amicale et professionnelle. Cependant des titres de famille, papiers d'affaires, factures, manuscrits, catalogues d'insectes ou objets d'art, journaux, puis photographies, en passant par des documents plus hétéroclites comme des bandeaux de journaux, billets de loterie ou tickets d'alimentation, l'enrichissent pour le bonheur du chercheur.

François PONCETTON est né à Saint-Etienne, le 25 juin 1877. Issu d'une famille bourgeoise, originaire du Forez, il est le 3e et dernier fils de Jean-Louis Auguste PONCETTON, avocat et bâtonnier de l'Ordre. Il fait ses études au lycée de Saint-Etienne puis sa médecine à Paris ; mais, préférant l'écriture, il entre au Figaro et en devient le chef des échos de 1910 à 1922. Il collabore également à plusieurs journaux comme l'Eclair,la Liberté, le journal des Débats, l'Opinion où il est tour à tour critique militaire, littéraire, artistique ou scientifique. Parfois, il écrit sous les pseudonymes de Graindorge ou Testis. Il publie de nombreux ouvrages, romans, essais, biographies et feuilletons comme " Les 13 filles de Mademoiselle d'Oche (1921) ", les Fantômes d'Ardentes, les gardes de Sabre japonaises (1924), les Arts sauvages, Eiffel (1939), le Courrier d'Epidance, le Secret du crâne et bien d'autres. Jeanne Beaudichon qu'il aime énormément devient son épouse le 24 avril 1915.

Durant la première guerre mondiale, il est mobilisé comme médecin à Rennes.

C'est à Dourdan dans l'Essonne, qu'il achète en 1929 une propriété où il rassemble ses poteries et oeuvres d'art, ainsi que sa collection de coléoptères. Lors de la seconde guerre, il est obligé d'ouvrir un cabinet médical. En 1941, sa maison est réquisitionnée par la Kommandatur puis, à la fin de la guerre,  pillée et saccagée par les Allemands. François et sa femme qui, jusqu'alors, vivait dans un certain luxe, demandent de l'aide.

Le 29 avril 1950, François PONCETTON s'éteint.

  • 16J1/241- François PONCETTON - 16J/1-65 Correspondance passive - 16J/66-89 Comptabilité - 16J/90-154 Bibliographie. - 16J/155-201 Centres d'intérêts - 16J/202-206 Enseignement - 16J/207-212 - Armée - 16J/213-241- Documents
  • 16J/242-427 - FAMILLES Poncetton, Beaudichon, Reymond, Clavel, Dupin : correspondance, comptabilité, documentation, papiers d'affaires et des titres de famille.
  • 16J/428-458 DOCUMENTS Enseignement, médecine, patrimoine, autres

Mode de classement

Le classement comporte trois grandes parties : François Poncetton, la famille de François Poncetton, documents.

Conditions d'accès

Communicable sans condition particulière

Langue des unités documentaires

Français

Notes

Répertoire numérique détaillé établi par Lisbeth Porcher, 2000.

François PONCETTON. - Centres d'intérêts de François (classement par thèmes) : presse et littérature : brochures : Bataille (la) de Bouvines par Jules GAY, (1914) ; "" Centenaire de la bataille de Bouvines "", guide, (1914) ; "" dictatures "", (1936) ; discours de M.H. DESMAISONS (société préhistorique française), (1940) ; discours prononcés aux obsèques de Francisque RAYMOND, (1905) ; enquête sur la monarchie (publication de la gazette de France), [s.d.] ; "" fièvre (la) rose "" par F. PONCETTON, (1934) ; Floréal (annales officielles de la fédération des jeunesses laïques de France, (1913) ; journal des débats (dîner mensuel de la Rédaction), (1920) ; "" le pharmacien et la famille "" par le commissariat général de la famille ; Lycée Henri IV (distribution solennelle des prix), (1912) ; Maison (la) de la presse, (1916) ; mémoires pour servir l'histoire de l'administration municipale de Montbuisson, par L. de SAINT- PULGENT, (1871) ; note sur les gazelles rencontrées en Asie Centrale par la mission Haardt - Audouin - Dubreuil, (1932) ; note sur les équidés sauvages rencontrés en Asie Centrale par la mission Haardt-Audouin-Dubreuil, (1932) ; obsèques de Hippolyte Taine de l'Académie Française, (1893) ; "" Poincaré graphologue "" par Albert de ROCHETAL ; "" poissons comestibles de la Manche de l'Atlantique français "", (1921) ; "" Que penser de la constitution "" par André SIEGFRIED ; "" recherches préhistoriques dans le Jura et le plateau central "" par Armand VIRE, (1897) ; réalisme, (1948) ; statuts de la Société Historique et Archéologique du Fores, (1862) ; "" syndicalisme (le) dans l'évolution sociale "" par Jean GRAVE, (1908) ; "" théâtre (le) guignol "" par Marcel SOUZY ; "" Volontaire de 1793, Jean LEGARE de Magny "" par Paul CORNU, (1910).