SEIGNEURIE DE SAINT-CYR-LA-RIVIERE (famille d'ASTORG).

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

30J/1-127

Date

1321-1922

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de l'Essonne

Description physique

127 articles

Origine

SEIGNEURIE DE SAINT-CYR-LA-RIVIERE (service producteur)

PELLETIER (service versant)

Présentation du contenu

Une grande partie des archives de la famille Astorgue (ou d'Astorg), a été déposée aux archives départementales de l'Essonne, en 1990. Le propriétaire, monsieur Pelletier, hérita son château de Saint-Cyr-la-Rivière de son grand-père paternel, qui l'avait acheté aux derniers membres appartenant à la famille Astorgue, monsieur et madame Costa de Beauregard, vers 1914. Madame Costa de Beauregard était l'arrière petite fille de Jacques Pierre Prothade Hippolyte, comte d'Astorgue, dernier descendant masculin de la famille. Jacques Pierre Prothade Hippolyte, comte d'Astorgue, fut maire de Saint-Cyr-la-Rivière de 1805 à 1823, puis président du Conseil Général de Seine et Oise de 1805 à 1812. Il fut élevé à la dignité de baron d'Empire en 1817, promu chevalier de l'Ordre de Malte et officier de la légion d'honneur en 1823. Monsieur Pelletier désira conserver certaines archives de la famille Astorgue dans son château de Saint-Cyr-la-Rivière pour en faire un musée. Le fonds inventorié ici, ne porte donc pas sur la totalité des documents, dont une partie reste aux mains de la famille. En 1990, madame Chabin, directeur des archives départementales de l'Essonne, cote provisoirement le fonds en série J au cours d'un tri sur place, pour permettre une reconnaissance sommaire des liasses. En 1995, l'inventaire du répertoire numérique détaillé de Saint-Cyr-la-Rivière (30 J) est entrepris sous la direction de madame Sylvie Le Clech, directeur des archives départementales de l'Essonne. Méthode de classement choisie

Le fonds de Saint-Cyr-la-Rivière comprend des titres, actes de gestion et pièces personnelles, qui ont été réunis par la famille Astorgue et ses différentes branches. Les documents concernent plusieurs seigneuries du département de l'Essonne et six autres départements français (Aube, Eure-et-Loir, Ile-et-Vilaine, Jura, Loiret et Seine-et-Marne). Il fut possible de distinguer les actes qui relevaient d'un individu ou d'une branche familiale, de ceux qui, indépendamment des individus, concernaient des dossiers homogènes de gestion de terres, ces dossiers étant rattachés ou non à une seigneurie bien identifiée, située dans le département de l'Essonne ou dans un autre département français. Les actes réunis par un individu ou une branche de la famille Astorgue, à l'occasion d'un mariage ou d'un décès, furent classés par famille ou par branche, en respectant l'unité constituée initialement (partie I). Lorsque le dossier a pu être rattaché à une seigneurie de l'Essonne ou à celle d'un autre département français, il fut classé dans les papiers de gestion des terres, en respectant l'unité des liasses constituées initialement (parties II, III et IV). Lorsque le document était un acte de gestion et que son rattachement à une seigneurie était douteux ou inconnu, il fut classé dans les pièces isolées, en respectant les liasses constituées initialement (partie V).

Le fonds est composé de 11340 pièces au total, dont 955 pièces liées entre elles, 6 registres, 5 livrets, 1 carnet, soit 5,70 ml.

L'inventaire de la seigneurie de Saint-Cyr-la-Rivière est un fonds d'archives personnelles et familiales classique, qui nous apporte des informations intéressantes sur la vie quotidienne d'une seigneurie rurale de l'Essonne, entre la fin du XVIIIème siècle et le début du XIXème siècle.

Le fonds est principalement constitué : - de titres de propriétés, représentés par des aveux, des droits de possession, des échanges, des états de terres et de biens, des actes de foi et hommage, un majorat, un acte de souffrance, des titres nouvels, une saisie féodale, une saisie réelle et des ventes. - d'actes de comptabilité générale et domestique, représentés par des baux, des comptes de recettes et dépenses, des comptes domestiques, des contributions directes et foncières, des créances, des déclarations d'hypothèques, des décomptes de journées, des emprunts, des estimations de revenu, des quittances diverses, des reconnaissances de rentes et rentes viagères. On notera ici la présence de la pièce la plus ancienne du fonds : une cession de rente datant de 1321. Il existe par ailleurs des dossiers de contentieux en assez grand nombre, représentés par des contestations, des jugements, des comparutions, des requêtes, des sentences, des protestations et des procès. Enfin la présence de pièces d'état civil ainsi qu'un tableau généalogique, ont permis une reconstitution assez facile de la généalogie familiale de la famille Astorgue et de ses différentes alliances. Les pièces d'état civil sont représentées par des actes de baptême, des actes et certificats de décès, un acte d'ondoyement et des contrats de mariages.

Plan de classement - 30J 1-54 : titres et pièces personnelles réunies par les membres des différentes branches de la famille Astorg, dont : 30J 1-3 : maison Anglardon (ou d'Anglard) 30J 4-21 : maison Astorgue (ou d'Astorg) 30J 22 : maison de la Barge 30J 23 : maison Barville 30J 24 : maison Choiseul d'Aillecourt 30J 25-27 : maison du Coudray 30J 28 : maison Gidoin 30J 29-38 : maison Grassin 30J 39-40 : maison Gyonnet de Rouvray 30J 41-42 : maison de la Motte de Montmuran 30J 43 : maison de Mauroy 30J 44 : maison Pourroy de Lamberivière de Quinsonas 30J 45-46 : maison Robillard 30J 47-49 : maison de Servières 30 J 50 : maison Testu de Balincourt 30J 51 : maison Vion de Barville 30J 52-53 : maison de Vion de Tessancourt 30J 54 : maisons diverses - 30J 55-87 : seigneuries de l'Essonne, dont : 30 J 55-59 : seigneurie d'Arrancourt 30J 60-63 : seigneurie de Cottainville (ou Cottinville) 30J 64-66 : seigneurie de Fontenette 30J 67-69 : seigneurie de Guillerville 30J 70 : seigneurie de Mervilliers 30J 71 : seigneurie de Quincampoix 30J 72-87 : seigneurie de Saint-Cyr-la-Rivière, dont : pièces générales (30J 72-74), pièces spécifiques relatives au château (30J 75-82), au moulin (30J 83), à la ferme, la maison, la terre, le bois, le moulin de Chanteloup (30J 84-87) - 30J 88-97 : terres essonniennes non rattachées à une seigneurie - 30J 98-126 : Seigneuries hors Essonne, dont : 30J 98 : département de l'Aube 30J 99-110 : département d'Eure-et-Loir, dont seigneurie de Bazoches-les-Hautes (30J 99-101), d'Outrouville (30J 102-103), du Puiset (30J 104), terres du département non rattachées à une seigneurie (30J 105-110) 30J 111 : département d'Ille-et-Vilaine 30J 112-113 : département du Jura 30 J 114-125 : département du Loiret 30J 126 : département de Seine-et-Marne - 30J 127 : Divers (pièces isolées)"

Langue des unités documentaires

Français

Seigneurie de BAZOCHES-les-HAUTES [departement d'Eure-et-Loir]. - Pièces spécifiques relatives à la métairie et terre de BRANDELON, dépendantes de la seigneurie de BAZOCHES-les-HAUTES [401 pièces, dont 231 liées] : succession de Pierre CHARPENTIER : partage (1642) ; donation de la terre de BRANDELON par Joseph CHARPENTIER, seigneur de BRANDELON (1724) ; donation de la veuve de Jacques Pierre Prothade Hippolyte d'ASTORG à Marie Maxime Hippolyte de CHOISEUL d'AILLECOURT et Marguerite Marie Maxime Eugénie de CHOISEUL d'AILLECOURT, de la nue propriété de la ferme de BRANDELON (1829) ; aveu pour la terre de BRANDELON (1617) ; aveu de Pierre Jacques LESAGE, seigneur de BAZOCHES-LES-HAUTES, BRANDELON, Le MESNIL-CHAUFFOUR-JAUNE, pour BRANDELON (1736) ; souffrance d'Agnan DEZAIN, pour la terre de BRANDELON (1651) ; foi et hommage au seigneur du PUISET à BRANDELON (1539) ; foi et hommage de Charles François DELOBEL, pour la terre de BRANDELON (1782) ; déclaration de terres et héritages pour la ferme et terre de BRANDELON (1648) ; déclaration des terres de BRANDELON (1724) ; saisie féodale des terres de BRANDELON (1666) ; acquisition de Jean CHARPENTIER, de la terre (1488) ; acquisition de Barthélémy GIDOIN, laboureur, à Perrine SIMONNEAU, de la terre (1639) ; acquisition de idem, à Michel GIDOIN, son frère, d'une métairie et terre labourable (1630) ; acquisition de idem, de terre labourable [document abîmé] (1627) ; acquisition de idem, à Claude BELLET, maréchal-ferrant, de terre labourable (1626) ; acquisition de idem, au sieur DEZAIN, laboureur, de terres (1624) ; acquisition de Barthélémy et Michel GIDOIN, laboureurs, à Marie JANOT, fermier, et Jehan BOUA, maître tailleur de pierre, de terre (1625) ; acquisition de Barthélémy GIDOIN, à Jehan LAUNAY, de terre (1601) ; acquisition de idem, à Jehan GIDOIN, laboureur, de terre [document très abîmé] (1608) ; échange entre Barthélémy GIDOIN et Jean MISLAND (1618) ; procuration de Paul VANNEAU, laboureur, à Jacques VANNEAU, son fils (an XII) [1803/1804] ; comptabilité : censives d'Armand Claude MASSON, conseiller du roi, à BRANDELON (1783, 1787) ; table alphabétique et registre des cens de la censive de la RONCE, dépendante de BRANDELON, et rentes dues à la dame du COUDRAY, et paroisses circonvoisines (1785-1789) ; bail de Pierre CHARPENTIER : à Michel LIGER, laboureur, de la métairie (1695), au sieur SIMONNEAU, laboureur, de terre (1689) ; bail de Joseph CHARPENTIER, seigneur de BRANDELON, MESLIERS, BOISGIBAULT, à Michel LIGER, laboureur, de la métairie (1716), à Michel LIGER, laboureur, de cinq mines de terre (1722), à François PICAULT, de cinq mines de terre (1728), à Marie Madeleine SALLE, veuve de François PICAULT, de cinq mines de terre (1737) ; bail de Jacques CHARPENTIER de MONDONVILLE, seigneur de LARIVIERE, receveur des tailles : à la veuve de François PICAULT, de la métairie du pressoir à BRANDELON (1740), à François PICAULT, le fils [époux d'Anne MONCEAU], laboureur, de la métairie (1746, 1748, 1754) ; bail de Barthélémy GIDOIN, notaire, à Marie DROUIN, de la maison et la terre (1712) ; bail d'Angenotte Louis GIDOIN à Agnan DEZAIN, laboureur, de la maison et la terre (1724) ; bail de Pierre ROBILLARD, de la maison et de la terre (1742) ; bail de Jean-François Jacques du COUDRAY : à Nicolas VARENNE, homme de peine, de la maison et de la terre (1769), à François VERGER, laboureur [époux de Marguerite RIVIERE] de la maison et de la terre (1771) ; résiliation du bail de Louis PICAULT (1786) ; bail de Jacques CHARPENTIER, seigneur de BOISGIBAULT, à Louis et François PICAULT, père et fils, laboureurs, de la métairie (1779) ; baux de la veuve du COUDRAY à Paul VANNEAU, de la ferme [époux de Rose DOUVILLE] (1786, 1794, an XII, 1804) ; bail d'Adelphe Elisabeth Joseph Octavien POURROY de LAMBERRIVIERE, marquis de QUINSONAS, à Etienne Théodore FAUCHEUX et Pierre Amable FAUCHEUX, fermiers, de la métairie (1847) ; compte portant obligation avec ratification de bail de la terre de BRANDELON (1694) ; obligation de la veuve de Roger GENTIL (1595) ; extrait du registre des appréciations des vendus sur le marché de Chartres (1883-1884) ; ventilation de la métairie de BRANDELON, acquise avec une censive et des rentes (1786) ; notes sur les terres de BRANDELON [s. d.] ; reconnaissance (1786) ; mémoires d'ouvrages (1780-1835) ; quittances et reçus (1786-1827) ; quittances de réparations (1827) ; correspondance sur l'affaire de BRANDELON (1824-1825) ; contentieux : affaire CHARPENTIER (1674-1703) ; affaire LIGER (1828-1830) ; divers : Sainte garde pour la terre de BRANDELON (1643).

Cote/Cotes extrêmes

30J/100

Date

1488-1884

Caractéristiques physiques

Papier

Origine

SEIGNEURIE DE SAINT-CYR-LA-RIVIERE (service producteur)

PELLETIER (service versant)

Présentation du contenu

Archives textuelles

Conditions d'accès

sans délais

Langue des unités documentaires

Français

Informations sur le traitement

29/04/2002