Palaiseau, école polytechnique

2 medias répartis dans 2 lots

Déplier tous les niveaux

Présentation du contenu

A sa création en 1794, l'établissement est situé rue Descartes à Paris et porte le nom d'Ecole Centrale des travaux publics. En 1795, elle est renommée Ecole polytechnique, symbolisant la pluralité des techniques enseignées. En 1961, un démménagement s'avère envisagé pour permettre une augmentation de l'effectif des élèves. En 1976, l'Ecole polytechnique quitte ses locaux historiques parisiens pour le nouveau campus de Palaiseau. Ses collections historiques, scientifiques et artistiques sont gérées par le Centre de Ressources Historique. Elles résultent de la confiscation opérée à la Révolution : l'Ecole en a été attributaire par un décret de la Convention.

Mots clés lieux

Mots clés matières

Présentation du contenu

Sur une centaine de dessins de maîtres que conserve l'Ecole polytechnique, quarante-six ont été classés au titre des monuments historiques en 1908 et 1911. Un grand nombre provient des saisies révolutionnaires opérées en 1793 : à l'Hôtel du marquis de Clermont d'Amboise pour ceux de DESPREZ Louis-Jean (1743-1804) ; au château de Chantilly pour ceux de FRAGONARD Jean-honoré (1732-1806), et de LEPAON Jean-Baptiste (1736-1785) ; à l'Hôtel du marquis De Laborde pour ceux de ROBERT Hubert (1733-1808).

Mots clés lieux

Mots clés matières

dessin : vue panoramique de Rome prise depuis le palais du Belvédère au Vatican (n°2)

Cote/Cotes extrêmes

P1911/0006/1

Date

1749-1751, 1e moitié du XVIIIe Siècle

Importance matérielle

1

Caractéristiques physiques

papier (support) ; mine de plomb (pierre noire) ; sous-verre (encadrement)

Dimensions

vue : H.23 ; L.131 cm ; ensemble : H.44 ; L.144 cm ; encadrement : H.60 ; L.160 cm

Origine

Etablissement public de l'Etat - Ecole Polytechnique, Route de Saclay

Biographie ou Histoire

COCHIN Charles-Nicolas (1715-1790)

Histoire de la conservation

collection du marquis de Ménars

Modalités d'entrées

attribution révolutionnaire

Présentation du contenu

vue panoramique de Rome, prise depuis le palais du Bevédère au Vatican : on distingue les coupoles de Saint-Jean-des-Florentins, de Chiesa Nuova, de Sainte-Agnès sur la place Navone, de Saint-Augustin, puis le château Saint-Ange. En partie centrale du dessin apparaît la coupole de Saint-André-sur-le-Corso, la Trinité-des-Monts et ses deux clochetons jumelés, la villa Médicis et les jardins du Pincio. Enfin se dresse l'obélisque de la place du Peuple et les remparts de Rome. Au loin, les monts Albains ferment l'horizon. Il s'agit ici d'une présentation sous-verre réunissant trois dessins se faisant suite

Conditions d'accès

Statut Public, objet classé au titre des monuments historiques - Date arrêté : 20/12/1911

Bibliographie

aucune fiche de pré-inventaire ; PM75003276 ; exposition 1983 "Palaiseau, dessins français du XVIIIe siècle" ; catalogue de l'exposition présentée à la Mona Bismarck Foudation du 9 janvier au 28 février 1998 "L'Ecole polytechnique, un patrimoine inattendu" ; inventaire X : B25. 87

Autres données descriptives

Charles-Nicolas COCHIN dit le Jeune, est issu d'une famille de peintres et de graveurs réputés. Il est considéré comme l'artiste le plus remarquable de la famille. L'ensemble des dessins de COCHIN conservés à l'Ecole polytechnique ont été exécutés lors de son séjour à Rome, et achetés par Charles Claude Flahaut de la Billarderie, comte d'Angivillers (1730-1809), surintendant des Beaux-arts

Informations sur le traitement

Date dernier récolement : 12/05/2016