Villiers-le-Bâcle, maison-atelier Foujita

Déplier tous les niveaux

Présentation du contenu

C'est en 1959 que l'artiste se met en quête d'une maison de campagne. il souhaite se rapprocher de Bièvres où réside l'éditeur Pierre de Tartas avec lequel il collabore, et de Vauhallan où son ami, le peintre Yasse Tabuchi est installé. Ce dernier lui trouve son futur dernier atelier à Villiers-le-bâcle; Il s'agit d'une petite maison rurale du XVIIIe siècle, abritant deux anciens logis mitoyens destinés à des ouvriers agricoles. Elle est bâtie sur un terrain en pente et arboré, situé dans l'unique rue du village. Foujita en devient propriétaire en 1960. les travaux important de rénovation qu'il engage dureront près d'une année (cf. In-Situ Revue des patrimoines 29/2016 : La maison atelier de Foujita à Villiers-le-Bâcle, par Anne Le Diberder. Léonard Tsuguharu Foujita - un brin dandy - dont on dira qu'il est le plus parisien des peintres japonais et le plus japonais des peintres français, deviendra une figure incontournable du Tout-Paris. Il a inventé une technique, une façon de peindre et de dessiner qui lui est propre, mêlant l'apport de la peinture occidentale à sa culture d'origine, à l'art des estampeurs (cf. extrait de "Collectif, Foujita, le maître du trait", Paris, éd. Philippe Picquier 2008, par Mustapha Harzoune). Il sera surnommé par Jean Cocteau "le Lewis Caroll de la peinture".

Informations sur le traitement

La totalité des notices présentées dans MNESYS, sont issues des analyses d'Anne Le Diberder, Conservatrice de la Maison-atelier Foujita.

Mots clés lieux

Mots clés matières

Mots clés lieux

Mots clés matières

photographies (608 négatifs photographiques)

Cote/Cotes extrêmes

F1996/0017/1-608

Date

1931-1936

Importance matérielle

608

Caractéristiques physiques

gélatine et cristaux d'halogénure d'argent

Dimensions

H.4,5 ; L.6 cm

Origine

Collectivité territoriale - Conseil départemental de l'Essonne, Département de l'Essonne, Boulevard de France

Biographie ou Histoire

FOUJITA Léonard (FOUJITA Tsuguharu Léonard Marie Ange dit, 1886-1968)

Histoire de la conservation

collection Kimiyo Foujita

Modalités d'entrées

donation

Présentation du contenu

608 clichés pris par Foujita à Paris : 10 photographies prises de la zone et des Puces avant son départ pour l'Amérique Latine ; les 598 autres photographies ont été prises lors de son séjour en Amérique Latine

Conditions d'accès

Statut Public, objet inscrit au titre des monuments historiques - Date arrêté : 18/10/2013

Bibliographie

aucune fiche de pré-inventaire ; Commission départementale des objets mobiliers le 29/11/2012 ; PM91003032 ; tirages modernes cotés F996-1_17P

Autres données descriptives

Foujita était propriétaire d'un Brownie 2 Kodak, appareil de moyen format très populaire à la fin des années 20. Il l'a utilisé en particulier lors de son séjour en Amérique latine en parallèle à son Leica I. Dès 1935, il achète un Leica III ; outre le témoignage exceptionnel de Foujita sur cette période, quelques clichés le montrent en train de réaliser une peinture murale à Ginza en 1935. D'autres clichés ont servi de source d'inspiration pour ses œuvres ultérieures. Cet ensemble met à jour l'importance de la photographie pour l'artiste

Informations sur le traitement

Date dernier récolement : Sans date