Fonds de la seigneurie de Saint-Germain-les-Corbeil et des fiefs en dépendants

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

77J/1-391

Date

1219-1841

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de l'Essonne

Description physique

268 articles

Origine

DARBLAY Famille (service producteur)

DARBLAY Famille (service versant)

Modalités d'entrées

Dépôt

Présentation du contenu

Le fonds dit de la seigneurie de Saint-Germain a été déposé aux Archives départementales de l'Essonne en 2006 par la famille Darblay, dernier propriétaire et concerne le vaste domaine seigneurial du Val Coquatrix s'étendant sur la paroisse de Saint-Germain- du - Vieux - Corbeil (aujourd'hui Saint- Germain- lès- Corbeil) et aussi sur Corbeil et ses faubourgs. Il s'organise autour : 1/des archives des différentes familles de propriétaires du Val Coquatrix et de Saint-Germain-lès-Corbeil classées par ordre chronologique et thématique des familles ; 2/ des archives des fiefs et propriétés hors de la seigneurie de Saint-Germain-lès-Corbeil ; 3/ et de la succession de Mayenne, longue procédure mettant en scène tous les grands du royaume, et à laquelle sont mêlés les seigneurs de Saint-Germain-lès-Corbeil en temps que créanciers. Au début du XIVe siècle, ce domaine appartient à la famille Coquatrix mais vers 1335, Jean de Coquatrix très endetté le vend à Marie de Beaumarchais, veuve de Jean de Chambly. Plusieurs propriétaires se succèdent jusqu'à son acquisition en 1458 par Etienne du Tillet pour 1400 écus d'or, le domaine est déclaré en ruines. A la fin du XVIe siècle, Nicolas Thibeuf acquiert le Val Coquatrix en partie; en 1635 son fils prend la qualité de seul seigneur de Saint Germain-le-Vieil-Corbeil, du Val Coquatrix et de Bouville et entame de nombreux procès pour fixer les limites de son territoire avec Robert Miron, Nicolas de Bailleul, seigneur de Soisy-sur-Seine, ou Nicolas Le Vasseur, seigneur d'Etiolles. Son fils Eustache multiplie les procès contre le duc de Villeroy, la commanderie de Saint-Jean-en-L'Isle, le chapître Saint Spire& Suite à une donation entre vifs entre Eustache Thibeuf et Jacques de Brétignières, son cousin germain, ce dernier devient seigneur de Saint Germain en 1716. La famille de Brétignières, élargie aux collatéraux, reste propriétaire jusqu'au décès de M. de Tourdonnet, époux de Marie Charlotte de Brétignières, maire de Saint-Germain-lès-Corbeil en 1829. En 1834, Stanislas Darblay achète le domaine dont la famille demeure propriétaire jusqu'au début du XXIe siècle. La partie du fonds consacrée à la famille Darblay est cotée en 78J. Les seigneurs de Saint-Germain sont les témoins de l'Histoire de la France, il est ainsi question dans ce fonds des guerres de religion en 1592 (77J/327), des dégâts causés par les armées pendant la Fronde en 1652 ou encore de la période révolutionnaire. Les archives des familles alliées aux différents propriétaires, Tillet, Thibeuf et Brétignières, occupent également une place importante. La famille Duret de Saint Christ, par exemple, est très intéressante car les Duret sont administrateurs des offices des cuirs de père en fils et sont amenés à voyager dans tout le royaume. Plus de cent articles concernent les seigneuries d'Echarcon, Tigery, Etiolles et les fiefs de chacun de leur ressort, dont certains localisés en Seine-et-Marne ou en Seine-Saint-Denis et se composent majoritairement d'actes de foi et hommage rendus par des vassaux à leur seigneur, de terriers, d'actes de gestion seigneuriale ou paroissiale (baux, ventes, échanges de terres ou de maisons) et de contentieux et d'affaires de justice sur des droits, des personnes et des terres.

Langue des unités documentaires

Français

Famille de BRETIGNIERES. - Maison d'ARGENTEUIL et d'ANDILLY (près d'ENGHIEN). - Mémoires des travaux faits par Madame de BRETIGNIERES dans sa maison d'ARGENTEUIL par TOUVENOT architecte (1713-1714). Documents concernant Pierre Jacques de BRETIGNIERES et Marie Charlotte de SAUVION, sa seconde épouse, et leurs maisons d'ARGENTEUIL et d'ANDILLY : mémoires de travaux et actes concernant le château d'ANDILLY, propriété de M et Madame de LIERS (1720-1725) ; sentence qui nomme Jean Joseph GUILPIN curateur de Madame de SAUVION, avis qui autorise GUILPIN à faire faire des réparations à la maison, procès verbal de visite de l'architecte à la réquisition de GUILPIN, parchemin et papier (1771-1773) ; oppositions à l'expédition de lettres de provision d'offices par GUILPIN à M de CORBREUSE, CASSINI et THURY, de CHAVANNES, DASSOT et PASQUIER (1773) ; quittances à Madame de BRETIGNIERES pour l'entretien de son château (1770-1776) ; mémoires de fournitures pour la présidente de SAUVION mère de Anne Charles René de BRETIGNIERES, une liasse en très mauvais état (1772) ; quittances de fournisseurs, d'ouvriers, de frais de succession, de réparations du parc d'ARGENTEUIL, de la rente due à la fabrique d'ARGENTEUIL et aux écoles de LAGNY, reçus (1773-1779) ; un passeport pour l'intérieur pour Bernard REGNAULT terrassier (1780) ; correspondance dont une lettre d'un garde chasse à propos de sa disgrâce, quelques pièces en mauvais état (1784-1786) ; mémoires de gibier (1783) ; mémoires des dépenses faites à la terre d'Andilly (1784-1785) ; correspondance adressée à Anne Charles René de BRETIGNIERES, il y est question du fonctionnement de la terre et du château d'ANDILLY que M de BRETIGNIERES tient en héritage du côté de sa famille maternelle, plusieurs lettres avec cachet (1783-1786).

Cote/Cotes extrêmes

77J/113

Date

1713-1786

Caractéristiques physiques

Papier

Origine

DARBLAY Famille (service producteur)

DARBLAY Famille (service versant)

Présentation du contenu

Archives textuelles

Conditions d'accès

sans délais

Langue des unités documentaires

Français

Autres données descriptives

cette liasse concerne les châteaux d'Andilly et d'Argenteuil actuellement localisés dans le département du Val d'Oise

Informations sur le traitement

18/02/2009